Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 20:25

Les 18 heures de trajet d’Adélaïde jusqu'à Bangkok, avec une arrivée à 22 heures qui signifiait plutôt 4 heures du matin pour nous, puis la course de taxi chaotique avec un chauffeur ne connaissant pas la ville, pour arriver dans une chambre surchauffée, nous ont bizarrement donné envie de ne rien faire pour plusieurs jours.

Il paraît qu’à Bangkok il y a des temples, des marchés flottants, etc. C’est possible. On vous le dira quand on y reviendra dans 15 jours.
De toutes façons, pourquoi voulez-vous que l’on s’enquille des visites sans appareil photo ? A Adélaïde, ils me demandaient plusieurs jours et 200 dollars pour l’ouvrir, et je n’avais ni l’un ni l’autre.

En toute logique, notre première mission à Bangkok, entre les siestes et les jus de fruits frais, c’était de faire réparer l’appareil photo. Pour cela, il nous fallait trouver l’endroit propice, le réparateur digne de confiance qui puisse garantir le travail. Nous avons donc éclusé les magasins de photo, nous faisant renvoyer de grandes surfaces de 8 étages en grandes surfaces de 10 étages. Et il y en a énormément à Bangkok. Nous n’avions jamais vu autant de malls gigantesques, luxueux, entassés les uns à côté des autres.

01 Bangkok - Super malls 02

Les marques sont internationales et les prix identiques à ceux pratiqués dans n’importe quelle grande ville en dehors de l'Australie. Mais un de ces malls renfermait la caverne d’Ali Baba: le réparateur tous appareils électroniques.
Pour 20 euros et en une journée, la magie a été opérée. Le tour du monde pouvait continuer (j’ai failli tout arrêter).

Ces temples de la consommation jouxtent des vrais temples (ah ben oui, tiens, y en a), assez pratiques, qui permettent de demander la clémence de nombreuses divinités avant d’aller engloutir le salaire annuel moyen dans un sac Gucci.

01 Bangkok - Super malls 04

Naviguant de malls climatisés et aseptisés en malls flambant neufs et parfumés, nous n’avons pas pu éviter de prendre quelques claques du fait de la chaleur, de la moiteur, de la pollution et de l’agitation de Bangkok. Les villes australiennes étaient toujours étrangement calmes, voire mortes; Bangkok grouille et vibre.

01 Bangkok - Super malls 06

Les enfants s'en accommodent plutôt bien. Il n'y a que les repas qui sont problématiques. Nous sortons de plusieurs mois où nous avons eu la possibilité de nous faire à manger ce que nous voulions et il faut se remettre à la dure vie des repas au restaurant (il y a pire!). Comme ils ne sont pas encore adeptes des riz frits, nouilles sautées, green curry et autres salades de papaye, il est dur de trouver de quoi manger. On essaye de se rattraper sur les desserts et la chaleur de Bangkok a fait déjà fondre plusieurs glaces !

Une fois accompli le miracle de la résurrection, la deuxième épreuve se nommait rhabillage. Virginie a vaguement déclaré qu’il lui fallait remplacer quelques affaires de voyage pour elle et les enfants et nous a dirigés vers un autre type d’établissement de perdition: le Platinium.

01 Bangkok - Super malls 08

Là encore, c’est assez impressionnant. 6 étages, 3 zones et des centaines de petites échoppes vendant de la production locale à des prix locaux, donc dérisoires. Des fringues, des fringues et encore des fringues!
Certaines clientes sont mieux équipées que d’autres et se baladent avec des bouteilles d’eau accrochées à la ceinture (comme pour une randonnée ardue) et traînent un sac de 150 litres sur roulettes.

01 Bangkok - Super malls 10

Virginie était limitée par ce qu’elle pouvait porter et c’était plutôt une décision raisonnable. Rappelons que Virginie est loin de la fana du shopping, mais en l’espace d’une heure max, alors que l’alibi était l’achat de 2 T-shirts, elle est revenue avec des sous-vêtements, une demi-douzaine de robes et jupes, une dizaine de T-shirts et chemises. Juste pour vérifier les tailles hein, parce que comme on ne peut pas essayer les vêtements on peut se tromper! Ben tiens! Une fois qu’on connaitra vraiment les tailles, on pourra vraiment acheter. Théo en a profité pour s’offrir des chemises et des T-shirts, comme ça pour voir.

Le 6ème étage permet aussi de se restaurer dans un des dizaines de stands de nourriture locale.

01 Bangkok - Super malls 09

Bon et pas cher encore une fois, un plat pour 40 baths soit 1 euro.

Après avoir de nouveau expliqué à un chauffeur de taxi comment se diriger dans Bangkok, nous avons déclaré que nous méritions tous un massage.

Si Louis et Théo ont apprécié leur massage du dos, Virginie et moi en ressentons encore les séquelles 5 jours après. Il semble que notre masseuse ait mis fin très récemment à une carrière de boxeuse thaïe et en ressente encore une amère colère. Quand elle a vu mon physique sec, pour ne pas dire athlétique, avec les tablettes de chocolat (tiens, il fait chaud, ça a fondu et ça a coulé au fond), un plomb a sauté, elle a revécu son dernier combat. Moi, je crois que la fille en face avait dû prendre sévère quand même parce que vu ce qu’elle m’a mis, elle ne s’était pas avouée vaincu facilement.

J’avais demandé un massage dos-nuque pour me relaxer parce que 2,5 mois de camping-car sans petit dossier de bouboules dans le dos, ça abîme. Donc de la douceur, voilà ce que je demandais. J’ai été tout d’abord surpris par les coups de genoux et de coudes, par les strangulations et les clés au bras, jambes, cou. Mais je suis ouvert comme gars. Quand elle m’a enfoncé les doigts sous les tendons et entre les fibres musculaires, j’ai eu un doute sur le côté relaxant, j’ai fait mes adieux aux enfants. Ils n’ont pas pleuré.

Virginie a rampé jusqu’à la chambre avant la fin du round, profitant que la masseuse regardait ailleurs. J’aurais voulu faire de même mais une vicieuse fourchette dans les yeux m’avait rendu momentanément aveugle. Lorsque mon corps a lamentablement abdiqué sur le matelas, elle a cessé le combat, un poil déçue. Je vais attendre un peu avant de remettre cela.

Comme le temps passe, à ne rien faire, arrive le troisième jour, et, pendant l’école, nous libérons la chambre car nous voulons partir vers le sud.

01 Bangkok - Ecole 01

Problème, on ne sait pas bien où. A croire qu’on n’a rien glandé pendant la préparation de ce tour du monde. Nous avons dans l’idée de descendre voir le parc de Khao Sok et son lac en jungle mais nous ne sommes pas décidés pour l’itinéraire: passons-nous par la côte Est avant ou après, comment rejoignons-nous ensuite Koh Samui pour rejoindre ma sœur?

Finalement, nous optons pour aller vers Surat Thani afin de joindre le parc puis de filer vers Krabi avant de retraverser vers l’est. Pas le meilleur itinéraire mais il semble qu’il y ait un avion qui parte pour Surat Thani à 14h, et ça c’est une bonne première étape. Nous voudrions dormir dans le parc le soir même, dans une maison construite dans les arbres mais toutes les critiques que nous lisons sur le net des différents lodges qui font cette prestation nous laissent penser que c'est une arnaque, que nous allons nous retrouver dans une maison moisie et envahie de bêtes pour 3000 baht la nuit sans le sommeil. Bref, nous ne savons pas où dormir.

Pour l'avion, malheureusement, on ne peut déjà plus le réserver par internet (trop proche du décollage) et l’agence de voyage de l’hôtel nous informe qu’il est complet, le prochain étant le soir.
Comme nous ne sommes pas vraiment convaincus que l’avion soit complet et comme nous ne sommes pas non plus totalement fixés sur l’itinéraire, nous décidons de partir dès maintenant pour l’aéroport et de prendre le premier avion qui sera disponible pour aller quelque part dans le sud, puis d'adapter l'itinéraire. Je ne crois pas que nous aurions fait cela en début de voyage, mais maintenant cela paraît le bon moment pour improviser.

Arrivés à l’aéroport, après une queue interminable, nous décrochons finalement nos billets pour le Sud, pour Surat Thani, à un prix seulement 20% plus cher que les billets vendus sur internet. Depuis une borne internet, nous trouvons enfin une pension pas chère qui a de la place, à 100 mètres du parc. A ce moment-là, nous sommes radieux, fiers de nous et nous pensons que la chance nous sourit … Nous allons aller voir le lac vert surplombé par des falaises verticales de 200 mètres de haut, nous allons goûter à la brume des petits matins avec les cris des gibbons ... Des petits scarabées naïfs, prêts à se faire écraser par la grande roue du destin …

Bangkok

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Thaïlande
commenter cet article

commentaires

karine vasselin 14/02/2011 09:55


Salut à vous
grâce au lien envoyé j'ai enfin pu me connecter à l'e-mail automatique en cas de mise à jour...(oui je sais rien de glorieux).
je suis soulagée pour l'appareil photo...j'étais super inquiète !
quant aux fringues chinées par Virginie, je trouve qu'en fait Romuald s'en tire plutôt bien....ça aurait pu être pire. Je pense qu'à un moment du voyage vous n'échapperez pas à l'envoi d'un gros
colis par cargo.

gros bisous
karine
PS : la semaine prochaine on part au center parcs en Belgique...côté aventurier de l'extrême on fait ce qu'on peut, même si c'est presque un pays en guerre...


Daniel 13/02/2011 18:29


On voit que le fait de récupérer ton appareil photo t'a redonné du jus pour écrire... On retrouve un récit du style Indiana Jones...
Préparez-vous ce mercredi j'accompagne les cousines à Roissy..
Bises