Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 03:30

Bonito

Après l'étape du Pantanal, direction Bonito, capitale de l'ecotourime brésilien. Ecotourisme parce que toutes les infrastructures se veulent respectueuses de la nature, que les sites sont protégés, que le nombre de visites est limité par jour et que les visites sont très encadrées. Eco ne veut pas dire économique, toutes les activités sont très onéreuses.

Parmi les attractions phares, on trouve des grottes et des lacs souterrains à aller voir en rappel, des lacs et rivières bleus, des cascades à foison, des rivières aux eaux cristallines dans lesquelles on se laisse porter par le courant en admirant les poissons, des sites pleins d'animaux, ...

Le premier jour, nous étions tellement fatigués et accablés de chaleur moite que nous avons décidé de ne rien faire, pas d'excursion commençant à 6 heures. Nous avons juste été à la piscine municipale du coin. Enfin, ce qu'on pensait être une piscine municipale. On aurait dû prendre l'appareil photo!

Pas de piscine mais un bras de rivière autour duquel sont installés 2 restos, des hamacs, un terrain de volley, ... Dans la rivière, des milliers de poissons, les plus petits, colorés de 1 cm, les plus gros mesurant 50 cm. On peut leur donner à manger et les enfants ont abusé de cette activité pendant des heures. On peut aussi remonter la rivière et se laisser porter par le courant en regardant les poissons (et se laisser regarder par les poissons) puis sortir de la rivière au moment où une petite piscine naturelle se forme et des rapides se creusent.

Un peu de frissons en lançant des graines au poisson près de ses pieds, rigolade assurée. Belle journée de détente.

Le lendemain, le temps change, encore plus lourd, plus nuageux, mais on se lance quand même. Direction le trou aux perroquets, une formation géologique bizarre due à l'écroulement 100m plus bas d'une partie de terrain en forme d'ovale. Cela mesure 300m de diamètre, 100m de profondeur et les oiseaux adorent nicher dans les cavités creusées dans les parois de la roche. C'est très beau, cela donne vraiment l'impression d'être dans une jungle perdue et habitée. Malheureusement, l'orage éclate et nous faisons la visite sous la pluie. Cela fait du bien car la température descend et la pression aussi. Sur la route, un tatou traverse et fait freiner le minibus à l'aller et au retour. Les enfants se demandent si c'est le même et si cela l'amuse.

 7 Bonito - trou aux perroquets 1

 7 Bonito - trou aux perroquets 3

 7 Bonito - trou aux perroquets 5

Ensuite, direction le Rio de la prata, une rivière dans laquelle on peut flotter avec le courant et qui offre les eaux les plus claires du coin. 10 minutes de briefing, 20 minutes de distribution de l'équipement et d'habillage (combinaison chaude, chaussures, masque et tuba). C'est dommage que l'appareil photo ait été hors de portée parce que le sommet du ridicule était en vue. 10 minutes de camion pour aller au site, 45 minutes de marche dans la jungle pour rejoindre la rivière. Théoriquement, c'est aussi le moment de voir des animaux mais les flocs flocs des chaussures de plongée pleine d'eau (on s'était douché pour ne pas avoir trop chaud) ont éloigné tous les animaux sauf un petit rongeur. 20 minutes d'acclimatation au matos dans l'eau et puis c'est parti pour 1h30 de descente.

Les eaux sont effectivement incroyablement cristallines, les poissons très impressionnants. Il y a des gros poissons noirs, cousins des piranhas, en beaucoup plus gros (50 cm) mais comme ils ont oublié qu'ils sont cousins avec les piranhas ils ne sont pas dangereux. Il y a les petits rouges, il y a les grosses daurades, 1m pour les plus grosses, avec leur belle mâchoire dentée, et là, on essaie de ne pas ressembler à un petit poisson. Enfin bon, il n'y a pas vraiment de doute mais n'insistez pas, il n'y a pas de photos de la famille en tenue. Il y a les rayés, les pas rayés, etc. Ils nous frôlent dans la rivière dont la profondeur est le plus souvent d'un mètre maximum. Pendant la descente, l'orage s'est déclenché de nouveau, nous sommes sous la pluie, dans l'eau!

Le clou de la visite, c'est la fin, lorsque l'on remonte sur le ponton. Là, on voit vraiment l'impact d'une heure et demi d'orage dans ce milieu tropical et on rencontre le seigneur de la forêt: le moustique de jour. Pas gros, porteur de la dengue quand il est de mauvaise humeur, il nous offre un spectacle magique, magnifique, à tirer des larmes des yeux.

Cela se passe en 2 temps. Le premier est plutôt silencieux, on ne le voit pas faire, il porte les coups gentiment.
Le deuxième temps se passe à l'hôtel, dans un bus le lendemain, ou plusieurs jours après. Les boutons, qui saignent sur le moment, se referment et gonflent, chauffent, piquent, grattent. Virginie a tenu à rendre hommage au seigneur de la forêt et lui a sacrifié 2 cuisses, oui je dis bien 2 cuisses. Là encore, pas de photos, ce n'est pas joli-joli. Cela mesure 8 bons cm de diamètre, blanc sur le tour et rouge au milieu, c'est très chaud et très sensible.

Bref, à part le temps qui a un peu gâché la visite, on n'a pas été déçu! On emporte des souvenirs, mais pas de photos. Vous pouvez cliquer sur le lien suivant qui correspond à des photos de Bonito sur Google mais ils ne montrent pas de photos de piqûres de moustiques.

Le troisième jour, c'est pluie et pluie et pluie, alors on décide de prendre le bus pour Foz de Iguazu. Quitte à prendre l'eau, autant aller voir ce qui se fait de mieux.

Nous voilà partis pour 7 heures de bus (avec changement de bus parce le premier casse en route) puis 3 heures d'attente avant un autre bus pour encore 12 heures de plus. C'est un bus de nuit mais les 3 brésiliennes derrière nous ne sont pas au courant, alors elles discutent toute la nuit en couvrant le bruit du moteur.

Encore une longue journée qui s'annonce ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Brésil
commenter cet article

commentaires

eduardo anton 29/09/2010 22:31


Hi ducasses !
you seem to be in Salta, good choice. You shouldn't miss the museum in the main square with these incredible mummies, the queus for the banks, the music everywhere...and never, never the 'helado de
dulce de leche' in one of the streets that leaves the main square to the south
We made a great excursion from there towards the Andes, to see some of the salt lakes above 4000 mts. In fact there was a fuunt frenchman -he called himself a guide touristique - who lived there
and knew prettty beautiful places
If you want, I can try to find the phone/email of the guy
otherwise, enjoy !!!!


Famille Ducasse 29/09/2010 23:59



Hi Eduardo,


we finally made it to Salta after 2 long days of bus. We will visit the MAAM tomorrow and then rent a car to explore the place for the next 15 days. Some days in Cafayate and Cachi then north to
Jujuy, Pumamarca and eventually Iruya. Then West to Salinas Grandes and then Sesques and Chili for some days. I will check your Frenchman in the Salinas.


We already had delicious helados today, somewhat too much after a parillada but you only live once, probably in the place that you mention, they were artisanales, huge and just delicious; the
kids didn't know where to start. We saw already some queues at the bank in Corrientes yesterday and have not yet figured out the reason for it.


We will enjoy music tomorrow because today we need some rest!


I wonder in which color I appear in the people matrix, if I am in at all!


Take care



LNA 27/09/2010 15:00


Buenas tardes a la Familia Ducasse!

Que tal por sur america?

Bon, j'ai rattrapé le temps perdu, j'ai presque tout lu, idem pour les photos, certaines sont superbes!
Je constate que tu as toujours cet humour bien à toi qui m'a fait sourire plusieurs fois en lisant vos péripéties!

J'ai voulu répondre au questionnaire de Théo & Louis mais avant de me ridiculiser, je me suis aperçue que c'était pour les moins de 10 ans, Ouf!

L'argentine en vue, allez un tango pour la route!

Os mando muchisimos besos y lo mejor !

Hasta pronto,

Elena.


Famille Ducasse 27/09/2010 16:05



Merci pour la leçon d'espagnol LNA! Cela va faire du bien de passer du temps en Argentine, là les gens font semblant de me comprendre, alors qu'au Brésil, ils me montraient clairement que ma
prononciation du aõ était encore perfectible.


Besos