Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 14:20

A la gare de bus de Chiang Mai, il me faut 1 heure de queue pour atteindre le comptoir et m’entendre dire que le prochain bus part l’après-midi, dans plus de 3 heures.

On va être bien là, au chaud, à attendre. Tellement bien qu’on pourrait faire l’école, sur les sacs, non?!

05 Chiang Mai - Ecole à la gare 01

Après un parcours à travers la montagne, le bus en première vitesse à 10 km/h dans les côtes et à 80 km/h dans les descentes sans les freins, nous arrivons à la gare de Chiang Rai et reprenons un taxi collectif vers le centre ville.

Nous avons une réservation de pension mais assez loin du centre a priori donc nous allons chercher mieux. Je laisse Virginie et les enfants à un café et je commence à battre le pavé. Au bout d’une heure de recherche, je ramène une chambre sans fenêtre mais avec petit salon et 2 lits, pas cher, une chambre avec fenêtre mais avec 2 petits lits, plus cher, ou 2 petites chambres avec 2 lits, encore plus cher. Les pensions les plus connues sont pleines, les hôtels sont très chers. Nous nous rabattons sur une pension médiocre du centre ville pour une nuit. C’est plein de moustiques.

Nous avons prévu de passer 3 jours à Chiang Rai avant de rentrer sur Bangkok dimanche pour être prêts lundi à aller demander nos visas pour le Myanmar.

La tension monte car notre avion pour le Myanmar part mardi après-midi et les forums sont tous contradictoires sur le sujet. Combien de temps faut-il pour obtenir un visa? Certains parlent d’une procédure accélérée mais quand nous avons fait notre visa pour la Chine, cette procédure ne marchait pas. Je m’en veux d’avoir pris un créneau aussi serré lors de l’achat des billets il y a 2 semaines. Une journée pour prendre un visa sous prétexte que nous ne voulions pas trop rester à Bangkok et rester dans le nord! Si nous voulons changer notre billet d’avion, il faudra le faire 2 jours avant, soit dimanche avant de savoir si nous aurons le visa et cela nous coûtera 3/4 du prix du billet! Nous sommes coincés.

Oublions tout cela et allons voir la ville! Tout d’abord, nous changeons de pension et nous rejoignons la pension que nous avions prévue, la guesthouse de l’association Mirror Foundation, qui sponsorise des projets de développement des villages tribaux dans les alentours. Ce n’est pas si loin finalement et c’est plus agréable.

Nous commençons la journée par la visite du petit musée d’une autre association: le Hill Tribe museum de la PDA, qui elle-aussi veille au développement harmonieux des villages tribaux. Ce musée est très instructif et nous y passons beaucoup de temps malgré sa petite taille. Il montre les différentes tribus et leurs modes de vie, la façon de construire leurs maisons, leurs rites religieux, leurs outils, leurs costumes traditionnels, leur origine et l’impact de leur sédentarisation sur leur développement. Il y est notamment fait mention du pauvre sort des femmes Karen, aussi connues sous le nom de femmes girafes. Les Karen sont des tribus qui habitent principalement l’Est de la Birmanie mais qui sont chassés par la junte, certains ont donc passé la frontière thaïe mais n’ont pas vraiment de statut de réfugiés en Thaïlande. Ils y ont droit mais ne le savent pas et se font donc exploiter comme les autres tribus. Les femmes girafes avaient disparu de Thaïlande depuis une centaine d’année mais des entrepreneurs peu scrupuleux se sont dit que cela plairait aux touristes et ont été en chercher en Birmanie, les ont fait rentrer sous l’œil bienveillant des autorités thaïes et les ont installées dans des cahutes pour que les touristes viennent les prendre en photo. Elles n’ont rien à faire, si ce n’est du tissage de temps en temps, n’ont aucun droit et vivent dans des faux villages, sans futur. Pire, ces entrepreneurs poussent le vice jusqu’à relancer la tradition des filles girafes en Thaïlande, chez des jeunes filles de moins de 10 ans. Leur futur se dessine en animal de zoo. 

Il y a en fait peu de villages dans lesquels les touristes peuvent se rendre sans tomber dans des traquenards organisés. Le développement du tourisme dans les villages tribaux est une balance délicate car le tourisme amène de l’argent rapidement et cela transforme le village et les modes de vie tout aussi rapidement. Bien vite, les tribus investissent dans ce qu’elles attendent le plus: l’électricité, la télévision, …, ce qui rend le village moins typique pour les touristes.
Il y a aussi un petit coin dédié au cannabis, à l'histoire de sa culture et à la plus récente évolution vers les amphétamines, plus pratiques à transporter. 

A force de lire tout cela et de voir des films sur le développement du tourisme tribal, nous n’avons plus du tout envie de faire une journée en jungle à la rencontre des locaux!

Nous repartons en ville voir quelques sites et temples pour l’après-midi: le mémorial du roi Mengrai, qui fit en 1262 de Chiang Rai la capitale administrative de son premier domaine, avant de fonder le royaume de Lanna à Chiang Mai en 1296.

06 Chiang Rai - King Mengrai memorial 01

Le Wat Phra Kaew, temple dans lequel un éclair frappa en 1434 le Chedi de bois, le mettant en pièce et révélant la présence du Bouddha d’Emeraude (en jade). Comme le Bouddha partit ensuite au gré des guerres vers le Laos, vers Chiang Mai puis enfin vers Bangkok, ce temple en a fait une reproduction officielle mais non identique il y a 20 ans. 

06 Chiang Rai - Wat Phra Kaeo 02

Ce temple est très agréable car il est plein de verdure et assez condensé. Il comporte aussi un petit bassin qui abrite de nombreux poissons et tortues, dont une particulièrement intéressante, qui se prend pour un éléphant.

06 Chiang Rai - Wat Phra Kaeo 03

Nous passons aussi voir le Wat Moon Muang, ses triples dragons d’or et son Chedi sculpté.

06 Chiang Rai - Wat Klang Wiang 08

Nous avons rendez-vous en fin d’après-midi à l’alliance française pour en voir un responsable. Pendant que les enfants lisent des BDs, il nous partage sa vision du développement de la Thaïlande du nord, qu’il habite depuis plus de 20 ans. Agriculture, culture, géopolitique, religion, thé, ..., tous les sujets ou presque sont abordés.
Il faut l’arrêter car il pourrait parler pendant de heures et les enfants ne tiennent plus.

Il nous invite à passer voir sa plantation de thé bio sur notre route demain pour voir la différence.

En rentrant, nous passons devant la place de la tour de l’horloge, extrêmement kitsch, qui, toutes les heures, passe une petite musique en changeant de couleurs pendant 5 minutes. Je ne vous mets que la couleur de base.

06 Chiang Rai - Clock tower 02

Le lendemain, nous louons un vieux 4x4 et faisons route vers le nord-Ouest, vers la frontière birmane, vers une enclave chinoise accordée il y a 50 ans à des combattants qui ont déménagé du Myanmar. Ils ont implanté ici la culture du thé et nous voulons voir des plantations, ainsi que des cerisiers Sakura en fleur s'il en reste car la saison se termine.

Nous commençons par des paysages de rizière avant que la route ne commence à monter.

06 Chiang Rai - Route de Mae Salong 03

Nous tentons de visiter la plantation de thé de la personne que nous avons rencontrée hier mais les indications étant plutôt vagues, nous ne sommes pas sûrs que ce soit la bonne que nous ayons vue.

La route monte ensuite très fortement et le 4x4 a vraiment beaucoup de mal. Nous sommes en première, à 10km/h, pas mieux que le bus quoi! Il y a des moments où on se demande si on recule.

En arrivant aux alentours de Doi Mae Salong, nous apercevons les premières plantations de thé en pente sur le bord de la route. Celles qui sont récoltées à la main se reconnaissent normalement à leur coupe en table, alors que celles qui sont faites à la machine ont une forme arrondie. On nous a fait tout un cours sur le thé, la pousse, la cueillette (seules quelques feuilles sont cueillies autour de chaque bourgeon, de 2 à 4 selon la qualité du thé), la transformation, etc.

06 Chiang Rai - Thé à Mae Salong 01

Les plantations sont quelques fois tellement pentues que nous nous demandons comment ils récoltent, même à pied!

En arrivant dans le village, nous apercevons les premiers artisans chargés du séchage des feuilles. C'est un métier à part. Le balai autour de la machine est assez déconcertant. Les feuilles sont séchées quelques minutes puis extraites et emballées dans un linge puis compressées ou malaxées dans une drôle de machine, puis séchées de nouveau, etc.

Ensuite, elles sont mises en sac et une nouvelle étape commence. Des femmes sont assises sur le côté, devant un panier rempli de feuilles séchées. Elles prennent les feuilles en boule une à une et enlèvent les tiges les unes après les autres. Cela prend un temps incroyable. Elles discutent peu. Nous passons un moment à côté d'elles, à regarder, à essayer de faire comme elles, mais nous sommes sûrement en train de faire baisser leur productivité. Nous rencontrons là une française qui a passé une partie de la matinée à travailler avec elles.

06 Chiang Rai - Thé à Mae Salong 02 06 Chiang Rai - Thé à Mae Salong 03

Nous visitons le reste du village mais le marché est fini et les femmes sont rentrées.

Nous montons alors au temple qui surplombe la ville. Il est assez récent et pas extraordinaire mais offre un beau panorama de la région. Comme dit précédemment, ce n'est pas la meilleure saison pour voir la campagne et la jungle. La nature est sèche, les paysans lancent des feux de forêt et de champs avant la saison des pluies. La visibilité est donc assez médiocre et les couleurs brûlées.

06 Chiang Rai - Phra Barommathat Mae Salong 05

Nous prenons une route différente pour rentrer et traversons des villages traditionnels aux maisons surélevées. A l'arrivée sur la route principale, nous nous prenons un orage monumental et nous nous arrêtons pour le laisser passer. Déjà que la direction est approximative sur la voiture, on ne va pas faire de rallye sous la pluie.

En revenant à Chiang Rai, nous continuons vers le Sud de la ville pour aller voir le temple de Wat Rong Khun. Ce temple, connu sous le nom de temple blanc, est très récent et pour tout dire pas vraiment fini. Sa construction a commencé en 1998 et devait se terminer en 2008 mais certains bâtiments ne montrent que la structure de béton, d'autres sont blancs et nus, il y manque toutes les fioritures dont l'artiste semble raffoler.

06 Chiang Rai - Wat Rong Khun 02 06 Chiang Rai - Wat Rong Khun 12

C'est très chargé, et l'artiste en rajoute plus que nécessaire. Pourtant, les temples nus comme sur la troisième photo ne sont pas si désagréables!

06 Chiang Rai - Wat Rong Khun 0506 Chiang Rai - Wat Rong Khun 1006 Chiang Rai - Wat Rong Khun 11

Pour notre dernier jour à Chiang Rai, dimanche matin, nous prenons un peu de temps pour trouver un hôtel pour le soir à Bangkok. Il nous en faut un dans le quartier des ambassades pour avoir une chance d'avoir notre visa birman et tout est plutôt cher. Nous finissons par trouver une promotion dans un hôtel au-dessus de nos moyens.

Quand nous arrivons à Bangkok, ils nous proposent même d'échanger nos 2 chambres contre une suite familiale! Nous voilà bien logés et bien placés pour pas cher finalement. Cela va rendre notre troisième séjour à Bangkok plus agréable!

Lundi matin 7h30, je fais la queue à l'ambassade du Myanmar qui ouvre à 9 heures. J'ai les papiers nécessaires, j'ai acheté les formulaires de visa dans une échoppe, fait les photos et les photocopies. Tout est bon. Virginie et les enfants me rejoignent juste à 9 heures pour assurer le coup.

Nous sommes bien placés dans la queue et malgré le chaos, nous arrivons à faire vérifier nos formulaires et à obtenir un numéro de passage. 30 minutes plus tard, le guichetier nous demande quand nous partons, nous produisons notre billet pour le lendemain. Il nous demande alors de repasser retirer nos visas l'après-midi même en payant un supplément (1260 bahts au lieu de 850 bahts). Nous sommes contents de payer!

Enfin libérés, nous passons en face à l'hôpital Saint Louis pour faire une consultation. Faut-il prendre un traitement anti-malaria pour le Myanmar? Les avis sont très contradictoires et le médecin ici nous assure que non.

Bon ben voilà alors, tout est bon, nous sommes prêts! La journée et le lendemain vont passer assez vite en faisant les derniers achats dans les grands magasins. L'aventure en Thaïlande, pays facile pour voyager, se termine, tout comme les visites de la famille. Les enfants ne se sentent pas très bien depuis les dernières séparations, ils sont à cran et très énervés. Il nous reste 5 mois de voyage alors il va falloir trouver des solutions ensemble.

La prochaine étape va être très intéressante et non prévue: le Myanmar!

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Thaïlande
commenter cet article

commentaires

corvisier brigitte 18/03/2011 11:08


aller haut les coeurs , bon courage pour la suite, le pays que tu visite en se moment ressemble beaucoup au viet nam bises


Carole 16/03/2011 19:48


Pas même une semaine ici et c'est déjà le mal du pays : on s'est fait notre 1er
Pad Thaï maison... pas aussi bon, mais comme dit Frank, c'est mieux que rien !
Dessert : mangue (du Pérou).... définitivement pas aussi bonne que les jaunes de Thaïlande !
Bisous