Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 00:15

1h30 de bus, c'est tout ce qu'il faut pour atteindre la côte depuis Santiago. Nous avons heureusement laissé la plupart de nos affaires à Santiago pour voyager léger, car la ville est composée de cerros (de collines) qu'il faut gravir pour atteindre notre auberge. Et cela grimpe! Il y a plusieurs ascenseurs en ville, comme à Lisbonne ou à Salvador, mais le premier jour, nous faisons les gaillards avec sacs sur le dos.

Une belle auberge nous attend, avec une grande chambre et des jeux pour les enfants (des cubes en bois), ce qui fait qu'ils ne veulent plus bouger de la journée. Comme Virginie est fatiguée, je pars pour arpenter la colline et faire les courses.

La particularité de Valparaiso est que toutes les maisons sont repeintes de couleurs vives. C'est beau et ça cache la misère qui règne massivement dans cette ville qui vit avec nostalgie sur son passé de grand port.

C16 Valparaiso - Port 01 

C16 Valparaiso - Rues 05

C16 Valparaiso - Cerros 02

Et comme il y a de nombreuses collines, cela fait un panorama de collines peintes:

C16 Valparaiso - Cerros 04

C16 Valparaiso - Rues 01

C'est beau de loin mais en fait les touristes sont plus ou moins concentrés sur 2 collines et le reste de la ville (80 %) est déconseillé. Bon, il faut dire que les offices de tourisme en rajoutent beaucoup sur l'insécurité. Les auberges distribuent des consignes de vigilance, etc. On nous avait déjà fait le coup à Rio et à Salvador ou à Buenos Aires, et là encore, nous ne trouvons pas la ville plus terrible que d'autres. On voit une différence dès que l'on descend du bus parce que le centre ville est très populaire, on ne rencontre pas la faune des employés de bureau des grandes villes, mais sinon pas de quoi effrayer le touriste.

 

Le deuxième jour, après une séance d'école difficile (il y en a), nous allons nous réconforter en cassant la routine des pique-niques (chips, sandwich jambon-fromage, pomme/banane) et nous nous payons un luxe oublié: un restaurant! Oui, un restaurant, et français en plus, où on mijote la viande et où l'on rajoute une sauce aux herbes plutôt que simplement la jeter dans le feu jusqu'à ce qu'elle soit noire (c'est pas honnête pour les cuisines argentine et chilienne, mais c'est la lassitude qui parle). Cela nous fait un bien fou, un menu entrée/plat/dessert à 5000 pesos chiliens. Au diable l'avarice.

Dehors, grâce à Louis qui ne regarde jamais là où on lui dit, nous assistons à un spectacle inédit pour nous: le cercle en ciel ou l'arc en ciel circulaire. Cela arrive quand le soleil est haut sur l'horizon et quand tous les autres trucs qu'il faut sont là où il faut quand il faut.

C16 Valparaiso - Cercle en ciel 10

C16 Valparaiso - Cercle en ciel 09

Avec le recul, heureusement que je n'ai pas mis la tête d'un des enfants sur la photo pour cacher le soleil, on aurait pu les prendre pour des anges et ce serait mentir sur la marchandise.

Pour continuer sur la lancée de cette journée de récupération, nous abandonnons l'idée de la virée à la plage (vue sur les tankers) et nous nous dirigeons vers la place centrale sur laquelle nous avons repéré des jeux pour les enfants. C'est parti pour des courses de voitures à pédales ou, joie ultime, de la chasse aux pigeons motorisée.

C16 Valparaiso - Jeux 04

C16 Valparaiso - Jeux 02 

C16 Valparaiso - Jeux 11

Un petit break pour les pigeons! Nous nous mettons à la recherche d'un coiffeur pour Louis et tombons par hasard sur le royaume des coiffeurs: une halle circulaire verticale, un Guggenheim de capilliculteurs, remplie de petites échoppes qui coupent, coiffent, frisent pour pas cher. On ne savait même pas que cela existait. Et on se demande encore l'intérêt!

C16 Valparaiso - Coiffeurs 01

C16 Valparaiso - Coiffeurs 03

Une petite glace pour le goûter, une nouvelle chasse aux pigeons pour digérer, des courses de fruits frais pour la première bonne salade de fruits depuis longtemps et voilà une journée bien remplie.

Demain, école et retour sur Santiago pour le musée des sciences et les courses pour l'Ile de Pâques. La famille Fourcade nous a donné rendez-vous sur le port de la seule ville de l'île pour une glace (encore!) à 4 heures dimanche en prétendant qu'ils avaient découvert les meilleures glaces du monde. C'est sûrement un piège!

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Chili
commenter cet article

commentaires

Los Fourcados 20/11/2010 19:34


Non non c'est vraiment le meilleur chocolat du monde... voir de l'univers mais là j'ai pas pu tester !