Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 10:47

Il faut 45 minutes pour atteindre l’aéroport de Hého et moins de 5 minutes pour se faire arnaquer correctement. L’aéroport se trouve loin de toute ville intéressante et n’offre aucun transport en commun. Les taxis rôdent et fixent la peine. Kalaw, 35 dollars non négociable. Sinon, vous pouvez marcher; attention ça monte. Le double du prix pratiqué dans l’autre sens (village - aéroport).

La route, enfin le chemin, monte effectivement et le trajet dure une heure, à fond dans les ornières, klaxon en continu, poussant les motos dans les fourrés et les camions dans les fossés. Il faut oser c’est tout.

Kalaw est un tout petit village à mi-montagne. En saison, j’imagine qu’il y a quelques touristes qui trainent dans le village avant de partir pour un trek de 3 jours vers le lac Inlé, mais hors saison, nous sommes 10 à tout casser, dont 4 en famille.

Nous établissons nos quartiers dans l’hôtel Eastern Paradise, très bien et pas cher, avec un petit déjeuner trop copieux pour nous, et au restaurant Sam’s family, un adorable établissement tenu par une famille formidable. Nous y prendrons tous nos repas et nos habitudes. Le soir, quand nous arrivons, le petit garçon met un DVD et les enfants mangent devant la télé. Un peu d’inconfort quelques fois pour Louis quand les grandes filles débarrassent et en profitent pour le tripoter; il y a des jours où cela le lasse, d’autres où il s’en amuse. Nous mangeons de très bons plats birmans, les meilleurs de notre séjour, pour un prix incroyable. Nous avons été tentés de changer d'endroits, pour distribuer notre argent à plusieurs personnes, comme à Bagan, mais finalement, impossible, nous revenions toujours. Cela faisait du bien de savoir que nous ne serions pas déçus et cela nous faisait plaisir de les revoir. Lorsque nous avons voulu faire la photo souvenir le dernier jour, ils étaient tous sortis! Tant pis pour nous!

A Kalaw, il y a une jolie paya en plein centre, près du marché, qui a la particularité d’être plaquée de petites tuiles argentées et dorées. Cela change du doré à outrance.

04 Kalaw - Aung Chan Thar Zedi 02

Il y aussi le marché tournant, qui passe tous les 5 jours par Kalaw et qui permet à toutes les familles des montagnes de descendre vendre leur production de thé, d’oranges, des tomates, et de l’artisanat. Certaines femmes portent les habits et couleurs de leur ethnie (Palaung, Danu, Pa-O). Le marché sort alors de son emplacement habituel et envahit toutes les rues alentour.

04 Kalaw - Marché 01

04 Kalaw - Marché 02

Nous en profitons pour refaire notre stock de pommes, d’oranges et de bananes. En ce moment, c’est la saison des pastèques et la fin de celles de papayes.

A Kalaw, il y a enfin une école d’officiers supérieurs de l’armée, si bien que la population du village a doublé avec les familles de militaires fortunés. Ils injectent beaucoup d’argent dans le marché mais font artificiellement monter les prix qui deviennent difficiles pour les locaux qui s’approvisionnent.

Pendant nos promenades, nous nous demandions à qui pouvaient appartenir ces superbes demeures jouxtant les maisons en bambou. Sur notre parcours pour rejoindre une paya excentrée, nous nous demandions qui pouvaient être ces locaux qui bloquaient un chemin pour pouvoir taper leur driver à travers et rejoindre leur parcours de golf. Des gradés, qui sillonnent la ville en 4x4 de l’armée.

Le temple que nous voulions voir est d’ailleurs maintenant dans une zone d’habitation militaire que nous avons dû traverser.

C’est un temple assez particulier dans la mesure où derrière la forêt de stupas blanches et dorées se trouvent une grotte et des travées creusées dans la roche et dans lesquelles sont disposés des milliers de Bouddhas de toutes formes. Un trou creusé, un Bouddha. Un régal à explorer pour les enfants.

04 Kalaw - Shwe Oo Min Paya 06 04 Kalaw - Shwe Oo Min Paya 08

Nous sommes venus à Kalaw pour prendre l’air; il fait frais en montagne et cela fait du bien. Nous sommes aussi venus pour marcher et voir les villages alentours.

Le lendemain de notre arrivée, nous partons tôt avec un guide pour une marche de jour. La sortie du village est relativement longue pour la taille du village car de nouvelles maisons se construisent (les militaires).

04 Kalaw - Montagne 60

Nous dépassons des chars à bœufs puis arrivons dans les premières pentes. Les 2 premières heures montent sans arrêt par des chemins sur lesquels nous sommes dépassés par des garçonnets qui courent en tongs avec des gros paniers, tandis que nous peinons, par des mobylettes chargées de provision qui font du trial en toussotant. L’air sent le brûlé car la saison chaude est l’occasion de brûler tous les cultures récoltées avant l’arrivée de la mousson (je l’ai déjà dit dans le Nord de la Thaïlande ?)

04 Kalaw - Montagne 01 04 Kalaw - Montagne 08

Très vite, les rizières apparaissent. Mais pas les rizières de plaine toutes vertes et bien irriguées, plutôt les rizières de montagne, de riz brun, qui sont marrons et arides après la récolte.

04 Kalaw - Montagne 50

Les montagnes que nous traversons ont été déboisées pour être cultivées et sont régulièrement brûlées. Nous traverserons à un seul moment une montagne encore boisée, et le contraste sera saisissant.

04 Kalaw - Montagne 40

Bientôt, la pente s’accentue et les rizières laissent place aux cultures de thé. Les plantations sont parsemées, beaucoup moins resserrées que celles vues en Thaïlande, plus naturelles. Les femmes et quelques hommes sont dans les pentes raides, en train de cueillir les feuilles hautes.

04 Kalaw - Montagne 16

04 Kalaw - Montagne 21 04 Kalaw - Montagne 22

Le travail est impressionnant et la taille des pentes laisse présager d’une longue journée de cueillette. Nous traversons enfin un village de l'ethnie des Palaung qui semble vide car tout le monde est aux champs. Le thé sèche devant les maisons.

04 Kalaw - Montagne 23

04 Kalaw - Montagne 24 04 Kalaw - Montagne 27

Nous nous arrêtons dans une maison pour goûter leur thé vert. Une maison traditionnelle en bambou, surélevée, avec les bêtes en-dessous (porcs), avec 2 petites parois pour isoler 2 chambres et loger 6 personnes, le centre de la pièce principale occupé par le feu, le tout servant de pièce à vivre, de salle de travail pour le tri des feuilles de thé séchées. Nous trouvons dans la maison quelques membres de la famille: les 2 parents, une jeune fille et un bébé qui se réveille en hurlant de faim. Ils nous offrent leur hospitalité simplement, sans rien attendre en retour.

04 Kalaw - Montagne 33

La préparation du thé vert est la suivante: les feuilles séchées sont chauffées sur le feu dans une petite pelle jusqu’à ce qu’elles fument, plusieurs fois, pour leur donner un léger goût fumé (ah bon?!), puis laissées à reposer dans une théière quelques minutes, avant que l’eau ne soit ajoutée. Nous observons attentivement pour essayer de reproduire l’opération à la maison car le thé est excellent et nous en avons acheté. Ce sont de belles petites feuilles, qui sont vendues 1 Euro le kilo en gros. Si les feuilles ne sont pas réduites en poudre avant notre retour, nous vous ferons gouter (après quelques essais). Les enfants ont adoré ce thé vert!

Sur notre route, nous croisons l’école et le monastère. Il y en a dans chaque village. L’école est gratuite, mais pas obligatoire, pendant 5 ans. Les études au-delà ne sont pas vraiment encouragées et les universités sont sévèrement contrôlées quand elles ne sont pas fermées. Dans les villages, il y a souvent peu d’enfants à l’école car ils aident aux champs.  Ceux qui se baladent avec des stylos à distribuer dans les écoles dans les montagnes arrivent souvent avec trop de stock pour le peu d’élèves (surtout en ce moment, ce sont les vacances).

Les enfants sont malheureusement déjà habitués à demander aux adultes des bonbons ou des dollars contre une photo. Bizarrement, c'est le mot français qu'ils connaissent (plus de 50% des touristes non asiatiques sont français). Mais avec les enfants, ils jouent simplement.

04 Kalaw - Montagne 39

C’est parfois difficile pour nos enfants de s’imaginer comment ces enfants passent leur temps et ce qu’ils vont faire de leur vie, dans ces villages. Mais en discutant un peu, ils arrivent à leur trouver un emploi du temps faits de jeu dans les champs, à casser de la caillasse, à jouer dans l’eau, rassembler le troupeau, etc. Tout ce qu'ils aimeraient bien faire quoi!

Au bout de 4 heures, nous atteignons le haut de la montagne où se trouve une cahute qui fait à manger. Les enfants commencent par faire 30 minutes de cassage de caillasse, puis nous jouons une heure à la manille. Il faudra effectivement très longtemps avant que nos chapatis n'arrivent, et il n'y en a pas beaucoup. C'est dommage, on avait un peu d'appétit nous après la grimpette et l'attente. Heureusement qu'on avait des fruits et des gâteaux du marché!

Pour repartir, nous prenons un autre chemin, un chemin de crête qui nous laisse voir à droite des montagnes vierges, toutes couvertes d'arbres, une jungle tentante car il fait chaud. On entend les oiseaux chanter là-bas. A gauche en revanche, c'est de la montagne cultivée.

04 Kalaw - Montagne 48

L'odeur de feu et de brûlé est très présente et au détour d'un chemin, nous nous apercevons que le feu nous rattrape. Nous prenons une grande inspiration et nous courons à travers les flammes avant de nous jeter dans la terre battue pour éteindre nos vêtements enflammés. Enfin, je veux dire, nous marchons plus vite parce que cela sent fort.

04 Kalaw - Montagne 46

La descente nous prendra deux grosses heures et au retour vers le village, nous serons doublés par un troupeau de buffles conduits en trombe par 2 petits enfants, dont un monte à dos de bête, l'autre fouettant le dernier animal avec un bâton. Aussitôt, Louis se saisit d'un bâton et court après les buffles pour fouetter à son tour. C'est bon, on peut le laisser là, il va s'acclimater!

04 Kalaw - Montagne 58

Une bonne journée au grand air en somme, qui va nous assurer une bonne nuit de repos après notre repas chez Sam!

Dans la nuit du 24 au 25, il y a eu un tremblement de terre de 6.8 dans le triangle d'or et dans l'Est du Myanmar, à Kentung. Tachileik a aussi été touchée et la route ervs la Thaïlande coupée. Nous n'avons rien senti, les gens n'en ont pas parlé. Nous l'avons découvert par hasard sur Al Jazeera par un texte défilant au bas de l'écran sous des images du Japon et qui parlait de 50 puis 80 morts au Myanmar. Les locaux ne connaissaient pas les chiffres. Nous n'en savons d'ailleurs pas plus car aucune information n'a été présentée. Les hôtels birmans peuvent avoir des télés étrangères en payant une taxe au gouvernement. Le signal n'est pas très bon et pas très régulier, comme internet, mais on peut quand même suivre ce qui se passe à l'extérieur. Nous suivons d'ailleurs avec de gros doutes les interventions en Lybie. Difficile de voir, de loin, la pertinence des actions engagées. Pareil pour le drame japonais sur lesquels nous avons quelques épisodes.

Après peu de jours à Kalaw (pas assez), nous repartons, cette fois vers le lac Inlé. Le taxi nous prend moins qu'à l'aller pour faire le double du voyage, c'est un fou qui conduit comme Sébastien Loeb dans une voiture sans âge et sans freins. A l'avant, Virginie voit sa vie défiler à toute vitesse quand notre taxi (qui a le volant à droite) double en aveugle un bus qui double un tracteur alors qu'un camion arrive en face. A l'arrière, nous jouons à la manille.

Kalaw

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Myanmar
commenter cet article

commentaires

Irene 03/04/2011 11:38


Salut la famille, je vous suis avec passion. Très belles photos. Arretez le chocolat et les glaces on ne vous reconnaitra plus.Gros bisous de les Hayons. Iréne


Famille Ducasse 03/04/2011 12:37

Cela fait grand plaisir de te lire Irène. Ne t'inquiète pas, les chocolats ne sont pas toujours à la hauteur des belges! A bientôt

Daniel 31/03/2011 13:08


Nous sommes fiers de vous : le jour de votre départ du pays vous obtenez le départ du président de la Birmanie, Than Shwe et le rémaniement de la Junte !
C'est très fort... Un poste au quai d'Orsay cela vous plairait à la rentrée ? Par contre êtes vous sûr que la nouvelle équipe à la tête du pays soit meilleure ? Affaire à suivre ...Cela nous a fait
plaisir de converser ce matin via skype. Comme convenu nous vous envoyons nos recommandations pour votre séjour en Chine. Bises