Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 15:30

Pingan

Une fois posés à Guilin, il nous faut encore un bon bout de temps pour rejoindre l’auberge car l’aéroport est assez éloigné. Cela nous permet de découvrir les environs de la ville qui sont assez spectaculaires. Les formations karstiques (voir article Khao Sok en Thaïlande) arrivent jusqu’en ville. L’auberge est située prés de la gare de bus et de train, c’est-à-dire dans une zone peu engageante. En revanche, la chambre n’est pas trop mal, il y a un billard et un bon resto, des jeux pour les enfants et les filles à l’accueil sont sympas. Pour une nuit de transit, ce sera parfait.

Le vendredi matin (cela ne veut rien dire pour nous parce que nous ne savons jamais quel jour nous sommes, je le découvre en écrivant le blog), nous refaisons les bagages et prenons un bus pour aller à la gare de bus pour attraper un premier bus pour Longshen puis un autre bus pour Ping’An. Au bout de 2 heures, nous sommes à Longshen et c’est l’heure de la pause déjeuner. Un petit tour dans le dépotoir qui sert de gare de bus, une visite éclair des toilettes qui sont au niveau (je me demande si les toilettes en Chine ne justifieraient pas un article! Si vous insistez, j’en ferai un avec des photos!), une incursion dans les échoppes avoisinantes pour acheter bananes, crackers, coca, muffins (le repas des champions), et hop on saute dans le nouveau bus. Ping’An, cela s’écrit ombrelle et sirtaki (平安) et il faut 90 minutes de plus pour y aller. C’est le village le plus proche, sûrement pas le plus authentique malgré ses 600 ans mais avec tout le bus qu’on vient de faire ces derniers jours, on se contentera de Ping’An.

La route monte dans une gorge magnifique, plantée de bambous et d’arbres qui offrent toute la palette des verts. Avec la pluie fine et la brume, on se croirait dans “Tigre et Dragon”, lors de la bataille finale entre Jiao long et Li Mu Bai, marchant sur les bambous dans le vent.

Arrivés au parking de Ping’An et ayant payé la taxe d’entrée, il faut encore marcher avec les sacs pendant 300 mètres jusqu’à un pont, puis monter des centaines de marches pour atteindre le village 200 mètres plus haut.

05 Guilin - Ping An 38

Autant dire qu’avec 23 kilos sur le dos et 22 kilos à bout de bras, je ne me vois pas faire tous les hôtels avant de me décider. Virginie, qui porte ses 18 kilos (de bagage hein, sinon, il y a un peu plus) et Théo qui porte 7 kilos, ne font pas les fiers non plus. Nous mettons un point d’honneur à ne pas succomber à la tentation des porteurs: de frêles femmes de 70 ans qui partiraient en courant alors que nous trainerions nos langues par terre, et c’est ridicule car nous arrivons en haut complètement exténués! Nous négocions une belle chambre dans un hôtel du haut, déposons les sacs, et zou, nous partons en balade.

La balade commence par monter et nous y allons mollo car il manque un poumon et une jambe à tout le monde et c’est plus compliqué pour grimper. Bon, là, il faut que je vous refasse le petit couplet sur les saisons, comme quoi ce n’est pas la bonne saison et tout et tout. En hiver, les rizières étincellent de neige, au printemps, elles sont inondées et sont replantées et reflètent le soleil, en été, les jeunes poussent d’un vert éclatant éblouissent, en automne, la couleur fauve est digne des savanes africaines. Et là, on est juste avant le moment où elles vont être inondées, c’est le moment de la consolidation avant la plantation, pas la meilleure saison donc, car en plus il y a de la brume avec la chaleur. Eh bien, malgré tout, c’est absolument magnifique! Bon, là, il y a les enfants qui gênent mais il faut imaginer sans!

05 Guilin - Ping An 20

On les appelle les rizières de la colonne vertébrale du dragon car le haut de la montagne ondule comme la colonne vertébrale tandis que les rizières constituent les milliers d’écailles sur 500 mètres de dénivelé. Elles ont été construites il y a 500 ans sous la dynastie Ming et sont entretenues soigneusement depuis. C’est surement très beau au soleil, mais c’est pas mal avec de la brume aussi, il fait moins chaud.

05 Guilin - Ping An 36

Nous voilà donc partis pour quelques heures de balade très agréables dans les rizières, 200 fois la même photo de courbes vertes vues du haut. Théo va même faire des vidéos de rizières. C’est assez pointu comme reportage.

05 Guilin - Ping An 156   05 Guilin - Ping An 27

Tout se ressemble et pourtant ce ne sont jamais les mêmes!

05 Guilin - Ping An 75   05 Guilin - Ping An 48

En haut, on peut aussi croiser des femmes Zhuang aux longs cheveux (1,50 m) qui les portent traditionnellement en coiffes élaborées.
Contre monnaies sonnantes et trébuchantes, elles défont et refont leurs coiffes. Sinon, elles tradent sur le dollar en attendant le touriste (d'après elles, il faut acheter vite car l'Euro va baisser sous les 1,4).

05 Guilin - Ping An 58

On rencontre aussi des gens qui travaillent aux rizières bien sûr et le courage nous manque un peu pour aller les aider.

05 Guilin - Ping An 151

05-Guilin---Ping-An-184.JPG

C'est un bon après-midi de balade qui nous vide des quelques forces qui nous restaient.

05 Guilin - Ping An 138

Un bon repas et une bonne nuit là-dessus et cela fait une bonne journée. Je voudrais quand même attirer l’attention sur une particularité des coqs locaux (ils sont foison) qui se sont répartis en 2 camps. A l’Ouest, ceux qui chantent toute la nuit et qui se taisent au matin. A l’Est (logique), ceux qui prennent le relais aux premières lueurs et font taire les autres. Je conseille un hôtel au centre pour bien profiter de cette incongruité.

Cela permet de se réveiller pour le lever du soleil et d’aller faire de magnifiques photos de rizières embrasées par l’astre divin. Enfin, j’imagine, parce que quand la deuxième équipe de coqs a pris le relais, la brume aurait pu faire croire que nous flottions sur les nuages. 2 heures plus tard, nous étions tous levés mais la brume, non. Pour la joie de tous, il y avait un plan B: faire une séance d’école. Les plans B, c’est toujours moins bien en apparence. Parfois, c’est véritablement moins bien!

L’école finie, il est l’heure de partir, pour prendre un bus pour Longshen, puis un bus pour Guilin, puis un bus pour Yangshuo. A ceux qui se posent la question, la réponse est oui, on cherche par tous les moyens à passer nos journées dans le bus.

05-Guilin---Ping-An-191.JPG

Pour la descente, en dépit du bon sens, nous optons pour faire porter 2 de nos sacs. Seulement, arrivés au bus, avec encore un sac sur le dos et étant obligé de me pencher pour mettre un autre sac à bout de bras dans le coffre du bus, je me flingue le dos! Contracture classique des lombaires (L5-L6), la meilleure pour les voyages en bus, et je m'y connais!

Pour la suite, nous optons pour un schéma aussi classique: bus de 11h à 12h15, débarquement en urgence du bus pour une montée express dans le bus suivant et donc pas de moyen de s’acheter un repas, déjeuner des restes du matin: une banane, un petit bout de brioche, un paquet de céréales pour Louis (en douce) … Dans l’urgence, nous montons dans le bus sans avoir de vraies places et je me retrouve assis sur un petit tabouret au milieu du bus et Louis sur les genoux de Virginie (en payant plein tarif évidemment). A Guilin, nous changeons de gare de bus et en profitons pour finir notre bon déjeuner en ajoutant un muffin avant d’embarquer pour Yangshuo.

Dire qu’en Amérique du Sud nous pestions contre les sandwichs jambon-fromage que nous avalions tous les midis! Aujourd’hui, lorsque l’un de nous évoque ce souvenir, les larmes amères coulent!

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Chine
commenter cet article

commentaires

laurent lellu 12/05/2011 05:03


Euh, on ne veut pas vous dégouter mais nous, nous sommes dans les sandwichs jambon fromage de tous les midis... Tchin... Bon apettit...

Nelly


Famille Ducasse 18/05/2011 14:28



Croyez-nous, au lieu de ramener des souvenirs douteux faits en Chine et vendus sur les marchés de village d'Amérique du Sud, ramenez des sandwichs jambon fromage! Après ça manque!



Patou 10/05/2011 22:42


Hello, que de jolies photos et de beaux souvenirs vous récoltez tous là ! Tant mieux, et cela fait aussi le plaisir des "malheureux" restés au pays mais qui voyagent du coup par procuration... Pour
les lombaires, ce n'est vraiment pas de bol, mais je connais un bon ostéo :o) Ce sera pour le retour.
(euh sinon, ta L5-L6... ce ne serait pas plutôt L5-S1? A moins que tu aies une lombaire surnuméraire, ça arrive et ça m'intéresse!)
Prenez soin de vous 4 et bonne continuation,
Patou


Famille Ducasse 11/05/2011 04:13



J'en étais sûr! Virginie m'a mis du baume du tigre, et depuis, j'ai 2 fois plus mal! Est-ce que c'est possible qu'une lombaire pousse subitement? Que va devenir mon pincement discal L5-S1? Est-ce
que le Dr House prendra mon cas si j'ai un rash qui se déclencle?


Je crois que je passerai te voir de toutes façons au cas où. Et tu me montreras tes photos!



benoit 10/05/2011 19:19


Je suis preneur de l'article sur les toilettes !!!
J'ai l'impression qu'il y a un décalage entre les photos et ce que tu nous racontes concernant vos déjeuners. Vous m'avez l'air en pleine forme et pourtant votre régime ne me fait pas très envie.
Je viens de réaliser que tu ne décrivais jamais les repas du soir, ils doivent être gargantuesque...
Biz à vous 4


Famille Ducasse 11/05/2011 04:15



En fait, on achète des sortes de brioches le matin et on se bourre pour la journée. Le soir, on s'enfile des bouchées vapeur quand on en trouve, des kilos de riz et on arrose avec de la bière. Je
n'ai fait le compte de vitamines, fibres et autres trucs importants mais je ne nous donne pas plus de 10 jours avant de faire un scorbut.