Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 23:50

Nous arrivons à Puerto Madryn en avion et pendant les dernières minutes de vol, les enfants essaient d'apercevoir des baleines à travers le hublot. Théo prétend en avoir vu plusieurs!

Puerto Madryn est une ville assez moche, située sur une plaine assez morne et plutôt moche MAIS avec une côte superbe: de belles plages de galets et de hautes falaises. De la mer, on ne voit que cela, donc du point de vue du phoque moyen, c'est une belle région, alors ils viennent en masse.
Au Nord de Puerto Madryn est accrochée la péninsule de Valdès, elle-même composée de plateaux assez mornes et moches, des salines, mais là encore avec des côtes superbes et donc plein d'animaux marins. Toute la péninsule est une réserve naturelle protégée dans laquelle on peut croiser, sur des routes caillouteuses assez longues, des lièvres de Patagonie (qui de loin ressemblent à des chiens), des pichis (sorte de tatou local), ..., mais surtout des panneaux d'interdiction de faire quoi que ce soit. C'est de la nature vraiment protégée.

Au début, nous n'étions pas franchement emballés parce que faire une grosse heure de route caillouteuse (au mépris de toutes les règles de sécurité routière en doublant la vitesse autorisée) pour se retrouver, par exemple, à Punta Delgada (au Sud-Est), à contempler du haut d'une haute falaise une famille d'éléphants de mer qui dort, sans pouvoir avancer à droite, à gauche, au milieu, cela nous a paru limite! Les enfants voulaient gambader mais il n'y avait pas de chemin à emprunter, et quand on le voit de loin, un gros éléphant de mer, cela paraît petit.
C'est plus ou moins le même constat au Nord Est à Punta Norte. Le chemin mesure 200 mètres et on peut voir à 50 mètres des éléphants de mer et des manchots de Magellan à 150 mètres (avec de bons yeux parce que cela fait 40 cm de haut). On y est quand même resté un bon moment (pour rentabiliser les 75 kilomètres de route consolidée) parce que Louis voulait voir des orques, malgré la période peu propice, et c'est un des points d'observation. Les orques migrantes, c'est plutôt en mars qu'elles arrivent, lorsque les plages regorgent de jeunes qui batifolent, et elles utilisent la technique de l'échouage éclair pour attraper leur proie et aller la partager au large. Louis rêve d'assister à la scène! Ah les petites têtes blondes, comme c'est mignon! Evidemment, pas une orque ne s'est pointée pour attraper les éléphants avachis sur la plage. On ne sentait pas le gros vent de panique.

9 Valdes - Punta Delgada 

Le meilleur endroit est encore Caleta Valdes (Centre Est) car il y a un long chemin de balade où l'on peut chercher des serpents, des geckos, et autres pichis, et un chemin de bord de plage d'où l'on peut apercevoir les animaux d'un poil plus près. Il y a aussi parfois des orques qui entrent dans le banc de sable. Bon, pas ce jour-là bien sûr mais quand même.

9 Valdes - Punta Cantor 31 

9 Valdes - Punta Cantor 30 

9 Valdes - Caleta Valdes 02

Enfin, bon, tout ça, ce sont les activités annexes de la Péninsule parce que l'attraction majeure, il n'y a pas besoin d'aller bien loin pour en profiter. Elle croise dans la baie, tantôt nonchalante, tantôt guillerette. C'est la baleine franche australe.

On peut la voir du port, le matin, le midi, le soir (c'est ce qu'on a fait).

9 Valdes - Baleine port 02

9 Valdes - Baleine port 15

9 Valdes - Baleine port 19

 

Mais on la voit encore mieux quand on s'approche en bateau! C'était tellement bien que l'on a essayé d'en faire un deuxième tour mais c'était complet!

9 Valdes - Baleine bateau 02

9 Valdes - Baleine bateau 03

Les baleines franches australes viennent à Valdès après avoir fait des provisions de nourriture dans le Sud, pour se reproduire et/ou pour élever leur petit. Ce sont des animaux solitaires donc on croise des couples maman/petit, pas de grands bancs, comme pour les rorquals que l'on voit au Québec.
Les petits en question mesurent près de 6 mètres et consomment 200 litres de lait par jour, donc les gentilles mamans ont intérêt à avoir fait de belles provisions avant de venir.
C'est très sociable et curieux une baleine, donc dès qu'un bateau s'approche, elles viennent voir elles aussi. Sur le film, on en voit un petit blanc qui vient nous voir avec sa maman de 15 mètres. Je vais mettre le film de Théo, cela lui fait plaisir!

 
9 Valdes - Baleine bateau 08

Et puis c'est comme tout; à force d'en voir, et revoir, et revoir, on devient blasé! Si bien que sur le chemin du retour, sur une belle plage au Nord de Puerto Madryn, les enfants ont préféré recommencer à casser des cailloux, tournant le dos aux baleines!

9 Valdes - Doradillo 3 

Il a fallu qu'une baleine passe avec son petit vraiment très proche de la rive accompagnée de 2 lions de mer qui jouaient pour qu'ils tournent la tête!

Par empathie avec la métropole, nous avons essayé de manquer d'essence. Je n'ai pas daigné refaire le plein dans la péninsule, et après 30 kilomètres de questionnement, du genre "ça passe ou ça passe pas", ben, j'ai fait demi-tour pour aller refaire de l'essence parce que ça ne passait pas. Petites joies des derniers kilomètres sur la réserve avec les "Oh non, une montée!".

Enfin revenus à Puerto Madryn, nous avons filé vers le Sud pour atteindre Punta Ninfas, à 80 kilomètres de route caillouteuse pour trouver un endroit d'où l'on peut apercevoir les animaux d'un peu plus près. Après la descente d'une jolie falaise, on atteint une plage de galets où se prélassent des lions et des éléphants de mer. Et là, oui! On peut les voir de près puisque l'on se déplace entre eux.

9 Valdes - Punta Ninfas 13

Nous avons pu faire copain-copain avec des lions de mer tout mignons.

9 Valdes - Punta Ninfas 35

9 Valdes - Punta Ninfas 01 

9 Valdes - Punta Ninfas 14

Nous sommes restés à observer un éléphant de mer avec son harem, repoussant de ses barrissements un prétendant nageant trop près de la plage. C'est une vie que je ne souhaite à personne. C'est crevant. D'abord, il faut veiller sur le harem et le faire grandir. Pas facile avec ces femelles revêches qui s'éloignent dès qu'on s'approche discrètement (tout est relatif). On est en période de reproduction, oui ou non? Je ne vais quand même pas courir?! Celle-là, je vais lui sauter dessus, et si je la manque, avec les vaguelettes que ma graisse va faire, je l'enrhume! Et l'autre là, à droite, qui avance centimètre par centimètre, les yeux fermés; il croit que je ne l'ai pas vu! S'il bouge encore, je lui roule dessus pour le radoucir, l'écrase façon tapis persan de ma composition. Quant à celui qui fait des ronds dans l'eau au bord, en crachouillant pour mettre en valeur sa belle trompe, il ne paye rien pour attendre! Je vais lui vriller les tympans avec ma botte secrète. Prends ça! Je suis vanné. Pas une vie que je vous dis.

9 Valdes - Punta Ninfas 44  9 Valdes - Punta Ninfas 45

9 Valdes - Punta Ninfas 03

En haut, nous avons rencontré des Français en camping car qui finissaient leur traversée Nord Sud de l'Amérique (18 mois), des Suisses qui remontaient, des Hollandais qui traversaient. Bref, que des voyageurs et que des soucis.
Si je mets de côté l'éléphant de mer du bas qui s'épuisait (il avait l'air fatigué) à repousser son remplaçant, les soucis étaient:
- des freins arrières qui avaient lâché en haut de la falaise et 2 souris dans l'habitacle pour la famille en camping car (après 18 mois de route, cela ne les rendait pas trop nerveux);
- des pertes de passeport pour les Hollandais, d'argent pour les Suisses
- et pour nous, j'avais comme un pressentiment que le voyage de retour serait source de soucis.

Cela n'a pas loupé, après quelques kilomètres, nous sommes repartis sur un thriller pétrolier (une petite lampe orange qui s'allume de manière inattendue et qui créé un gros stress quand on se trouve au milieu de nul part). Heureusement que nous avons dépassé à toute allure une voiture, sécurisant ainsi une issue heureuse en cas de panne. Mais rien à faire, après 2 tentatives, la panne d'essence ne venait pas!

On est rentré à temps pour rendre la voiture et attraper le bus de nuit de 15 heures pour San Carlos de Bariloche. Direction l'Ouest et le Chili de nouveau.

Valdes

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Argentine
commenter cet article

commentaires

marcellin et anne DAGICOUR 01/11/2010 11:54


Sympa la vidéo de la baleine qui saute, on n'avait pas eu cette chance. Et en plus, on a les commentaires des enfants avec!


Famille Ducasse 02/11/2010 04:52



on ne les a pas vu sauter du bateau, seulement du port avec le zoom malheureusement mais c'était déjà impressionnant.


on a plein de films marrants avec les baleines et les commentaires des enfants mais je ne trouve pas le temps de les mettre en ligne!


Comment allez-vous? il avance ce livre?