Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 10:07

En sortant de la région de Coromandel par la côte, on quitte aussi pour un temps les routes sinueuses. Après Katikati, la route est moins intéressante et mène vite à la mégalopole du coin: Tauranga et ses 115 000 habitants. Cela change de tous les villages que l’on vient de passer depuis 5 jours.
Grand port pétrolier et station balnéaire, Tauranga draine beaucoup de monde, des tonnes de vacanciers l'été. Nous poussons quelques kilomètres de plus, jusque Mt Maunganui et ses plages pour faire notre pique nique.

02 Mt Maunganui - Plage 01

Après une petite balade sur la presqu’île Moturiki, nous reprenons la route dans la plaine. Passage par la ville de Te Puke, capitale autoproclamée du Kiwi et nous évitons la visite du parc dédié. Le paysage a changé et devient beaucoup plus agricole. Beaucoup de vergers, essentiellement des plantations de kiwis.
Nous poussons encore vers le sud jusque Matata, non loin de la prochaine étape de Whakatane. Toute la côte n’est qu’une longue plage de sable gris. L’eau est très fraiche et, avec le vent, peu engageante.

02 Matata - Plage 01

Mais bon, les nuages permettent de capter les rayons du soleil au coucher. Regardez comme c’est beau un coucher de camping car.

02 Matata - Camping 01

Bon, en fait je prends l'excuse de faire une photo pour échapper à la corvée des lits à faire.

Le lendemain, avant d’arriver à Whakatane, nous faisons un stop dans une ferme-cueillette dédiée aux baies diverses (fraises, framboises, mûres et autres croisements entre ces dernières). C’est évidemment un peu plus que dans un magasin mais il y a le plaisir de la cueillette. Enfin bon, plus cher, faut voir, parce que pour chaque fraise cueillie, il y en a au moins 3 dévorées. Certains (ou une certaine plutôt) ont d’ailleurs passé leur temps à manger et n’auront même plus le cœur d’en manger à midi! Les fraises sont, c’est vrai, succulentes. Les framboises sont en fin de cycle, les autres baies presque prêtes. Nous nous empiffrons au passage de mûres, de Boysen berries, de Tai berries (mes préférées, un croisement de mûres qui a un petit goût de rose) et nous repartons avec des fraises pour 2 / 3 jours.

02 Whakatane - Cueillette fraises 01

Après Whakatane, arrêt à la plage de Ohope pour le déjeuner. C’est dimanche et tout le monde est venu manger sur la plage ou participer aux diverses compétitions de bord de mer. Nous mangeons en regardant le volcan marin de White Island fumer. Louis perd enfin sa deuxième dent dans une fraise.

02 Ohope - Plage 03

02 Ohope - White Island 02

02 Ohope - Louis 02

Après les jeux de plage, nous prenons la route du centre, vers les volcans. Nous dépassons tout d’abord les premiers grands lacs verts de cratère avant d’arriver sur Rotorua. Impossible de manquer la ville, l’odeur de soufre est très prégnante. Bon, nous, on est plutôt habitué parce que cela fait 2 jours qu’on se traine une odeur d’eau stagnante pas propre dans le camping car. Cela dit, c’était finalement discret par rapport aux émanations volcaniques. Plutôt que de prendre un emplacement près des parcs volcaniques, nous nous éloignons de la ville vers le nord pour trouver notre campsite familial.

La visite du village maori de Whakarewarewa laissera un souvenir mitigé. Cette communauté a pris depuis des générations l’habitude lucrative d’accueillir des étrangers dans le village et de leur faire découvrir leur manière de vivre. Ils vivent sur le parc volcanique, au plus proche de leurs croyances, utilisent les émanations gazeuses pour chauffer leurs maisons, les bains bouillonnants et des fours capturant la chaleur pour cuire les aliments (ils ont aussi des micro-ondes quand même!), alimentent leurs baignoires naturelles avec les eaux thermales.

02 Rotorua - Whakarewarewa thermal pool 02

Certaines des piscines thermales sont des puits sans fond, l’eau affleure à 98°C, à 15 mètres de profondeur, elle est à 250°C et au bout de 50 mètres, on ne peut plus mesurer car les ramifications partent en tous sens.

02 Rotorua - Whakarewarewa meeting house 02

Rien d’extraordinaire ou de particulièrement folklorique, ils décrivent juste leur mode de vie actuel. Si bien qu’en repartant, on n’en sait pas beaucoup plus sur l’histoire et la culture maori. Le clou de la visite pour les enfants, à part les geysers que l’on peut apercevoir, sera le petit spectacle traditionnel organisé. Démonstration de danse, de chant et bien sûr de haka. Louis ne peut s’arrêter de rire pendant tout le haka tellement les yeux exorbités et les langues tirées l’amusent. Le tout nous laisse une impression bizarre. Ce n’est pas comme la visite d’une réserve indienne où les indigènes sont parqués, ce n’est pas le show folklorique où l’on sent que plus rien n’est traditionnel mais juste de la mise en scène voyeuriste, non c‘est autre chose, plus authentique mais pas vraiment intéressant au final. Il faudra peut-être que nous allions voir un show purement touristique un soir, pour trancher.

02 Rotorua - Geyser Pohutu 08

Après avoir fait un peu de route pour chercher notre nouveau campement qui s’avère fermé, nous faisons chemin inverse et redormons une nuit dans notre family park. Le lendemain, route vers le sud et le lac Taupo. Arrêt à la montagne aux belles couleurs (Rainbow mountain) pour le pique nique et pour une petite balade dans les fumerolles.

02 Rotorua - Rainbow Mountain 12

Après nous être bien brulés les pieds en marchant dans le cratère, nous faisons route vers Taupo. Grosses hésitations en chemin sur toutes les activités qui sont proposées. La région regorge d’opportunités mais tout nous paraît cher (c’est l’effet d’être à 6 au lieu de 4) et comme il pleut, nous filons jusqu’au lac. Après avoir déniché un campement gratuit, nous établissons le plan des opérations pour le lendemain, pendant que la pluie trempe les environs. C’est un beau campement quand même, en bord de la rivière Waikato, non lion du début des rapides et des chutes Huka. La rivière a déjà un fort courant qui interdit la baignade pour les enfants. Reste les nombreuses familles de canards.

03 Taupo - Reids Farm camping 06

Le matin, nous sommes réveillés par le chant si caractéristique et intrigant du Tui (un oiseau local qui fait des grincements métalliques, des sifflements et tout plein d'autres trucs incroyables), le temps est magnifique, alors nous allons explorer les environs en faisant une marche de 2 heures jusqu’aux chutes Huka. Ce sont de belles chutes puissantes (200 000 m3 d’eau se jettent des 9 mètres toutes les secondes, de quoi remplir 5 piscines olympiques toutes les minutes) mais évidemment moins impressionnantes que celles que nous avons déjà vues. La puissance de la chute produit de belles couleurs bleues et blanches en contrebas.

03 Taupo - Chutes Huka 17

En remontant la rivière, nous nous arrêtons à l’entrée d’une zone volcanique d’où ruisselle de l’eau extrêmement chaude. La rencontre de l’eau chaude et de la rivière produit une petite zone bien agréable où l’on peut à volonté se glacer ou se brûler en bougeant de 1 mètre.

03 Taupo - Chutes Huka Eau chaude 09

Après avoir abattu une session d’école, il est temps de reprendre la route pour se rapprocher des majestueux volcans que l’on voit de l’autre côté du lac, ceux-là même qui ont inspiré le film du Seigneur des Anneaux.

03 Taupo - Vue sur les volcans 01

Nous contournons le lac pour aller nous poser dans la marina d’un petit village, au bord du lac. Le temps a brusquement changé et s’est totalement couvert. C’est de mauvais augure.

03 Taupo - Marina Tokaanu 01

Effectivement, après une nuit de pluie, le ciel est complètement bouché. Nous avançons tout de même dans le brouillard du parc en espérant une éclaircie. Arrivée au milieu des volcans (selon la carte, parce qu’on ne voit rien que des nuages), nous nous renseignons à l’office du tourisme. Aujourd’hui: pluie s’intensifiant. Demain, pluie et vent. Parfait. Nous voilà dans le plus beau site de l’île du Nord et le temps est contre nous! Un front froid s’abat sur le Nord de la Nouvelle Zélande, une alerte météo est en cours pour la zone que nous venons de quitter (Coromandel & Bay of Plenty); il ne nous reste qu’à filer vers le Sud en oubliant pourquoi nous étions ici. Au meilleur de la journée, nous pourrons capter le vue d’un des volcans mais sans réelle profondeur.

03 Tongariro - N'gauruhoe 02

03 Tongariro - Ruapehu

En regardant bien, on en voit un enneigé sous les nuages, mais faut être expert.

C’est donc reparti pour la route. Direction Wanganui sur la côte Ouest à 130 kms. La route est magnifique; elle traverse un paysage torturé, fait de collines escarpées d’un beau vert, de forêts improbables plantées sur des à-pics, de rochers volcaniques atterris çà et là, et habités de vaches et de moutons.

03 Wanganui - Paysage 03-1

Au fond coule la rivière Wanganui, avec ses chutes à mi-parcours. A Wanganui, le temps est toujours aussi gris et humide. La ville est déserte car il est déjà 18 heures! On va se faire un barbecue d’agneau pour se remonter le moral en buvant de la mauvaise bière (mais pas chère!). Demain, nous filerons vers Wellington.

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Nouvelle-Zélande
commenter cet article
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 22:52

Le premier tournant est arrivé à la sortie de la ville de Thames, et il y en a eu une bonne centaine d’autres sur les 55 kms de route qui nous a amené jusque Coromandel.
Belle route sinueuse de bord de mer que nous avons faite sous la pluie. Après une remontée sur les collines, c’est l’ouverture sur la baie de Coromandel, petite ville qui assure une traversée par bac vers Auckland et surtout connue pour le fait que nous y avons recommencé l’école.

01 Coromandel - Baie 04

Son nom maori est « Te pu Abit Ué », ce qui se traduit par « qu’est-ce que c’est dur de recommencer l’école après 2 semaines en Polynésie ».  Comme il pleut, nous délaissons les côtes inhabitées et déchiquetées du Nord de la péninsule sur route de gravillons pour tourner vers la côte Est. Nouveaux virages de montagne à travers des forêts luxuriantes pour atteindre l’autre côte de la Péninsule, où il fait un peu meilleur. Arrêt à la plage de Otama pour le déjeuner.

01 Kuaotunu - Otoma Beach 03

Cette plage nous donne un avant-goût de la côte Est. Elle est difficile d’accès, elle est belle, elle est vide. On n’y trouve qu’un petit pingouin, et encore il n’a pas l’air en bonne forme (je vous l’ai dit, les virages et les côtes, ça use).

01 Kuaotunu - Otoma Beach pinguoin 02

Malgré le vent, nous profitons de cette large bande de sable blanc, pour nous. Nous goûtons aussi au soleil. L’air frais ambiant pousse à chercher le moindre rayon de soleil. Et quand le soleil sort, on n’a à peine le temps de dire « Ah ça va mieux il fait chaud », on a déjà pris un coup de soleil!

Progression vers le sud, alternance de criques et de montées sinueuse dans la végétation. Nous atteignons Hot Water Beach. Belle baie si l‘on regarde vers le Nord, quelque peu envahie par les touristes pour ses résurgences à fleur de plage où l’eau sort à 65°C. Drôle de voir une belle plage vide sur des kilomètres et sur 25 mètres un tas humain! Tout le monde se creuse une piscine (un trou) pour mariner et se brûler sévèrement la partie de son choix.

01 Whitianga - Hot Water beach 09  01 Whitianga - Hot Water beach 02

01 Whitianga - Hot Water beach 18

Nous passons la nuit à Hahei, près de Cathedral Cove dans un CampSite. Il faudrait penser à acheter des choses à faire griller car leurs barbecues ont l’air trop biens.

Lendemain matin, école laborieuse, mise à niveau du camping car, et visite de Cathedral Cove. J’imagine que la visite a consisté en un joli chemin qui descend vers la mer en passant devant 2 belles criques, puis par un chemin sur le sable pour atteindre la belle arche marine de Cathedral Cove. Les enfants ont sans doute joué sur la plage. J’en sais trop rien car moi je surveillais le camping car mal garé des attaques d’une mégère faisant office de garde de parking.

01 Coromandel - Cathedral Cove 01

Après le pique nique, route vers le sud par la mer. Belle route toujours mais progression toujours aussi lente. Moyenne de 40 kms/h car ça monte, ça tourne. J’ai le mollet gauche de l’embrayage en feu, ce qui me fait penser que les maoris ont de gros mollets, peut-être parce ce qu’ils conduisent beaucoup sur leur route sinueuse. Mais que font-ils pour leur mollet droit? Peut-être le frein.

Le soir, nous nous arrêtons en forêt au bord d’une rivière près de Waihi, à la limite de la région de Coromandel. Les enfants peuvent profiter de la rivière pour leur activité favorite.

01 Coromandel - Kahangarake gorge 22

01 Coromandel - Kahangarake gorge 05

Cette étape est aussi celle qui nous permet de mettre à profit le couteau suisse multi-outils que nous ont offert Carole et Franck. Il nous permet en un tour de main de libérer un allemand qui s’est enfermé dans les toilettes et qui s’est retrouvé avec la poignée dans les mains. Bon, c’est pas glorieux, j’aurais préféré que le premier exploit soit la construction d’un pont en lianes au-dessus de rapides pleines de piranhas pour faire passer un convoi humanitaire, mais tous les exploits se valent!

Le lendemain, nous allons voir le site de la mine d’or toujours en activité de Waihi. C’est la fin de l’exploitation de cette mine qui est ouverte depuis 1880. Il y avait 175 kilomètres de tunnel sur 12 niveaux, sur 650 mètres de profondeur mais aujourd’hui, elle ne donne plus que 10 cuillères à thé d’or pour chaque camion de 80 tonnes de gravats qui remonte. C’est juste.

01 Waihi - Mine d'or 04

Bon, il est temps de reprendre une petite route qui tourne et qui monte pour changer de région. A l'arrière du camping car, j'entends l'iPod qui distille des histoires et les passagers qui jouent au yam's. Un vrai tripot!

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Nouvelle-Zélande
commenter cet article
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 23:32

Arrivée à Auckland et passage de frontière le plus rapide au monde. En 10 minutes chrono, nous passons la douane et le contrôle sanitaire (pourtant très strict). Nous n’avons qu’un pot de confiture à déclarer et des chaussures de marche, ça va assez vite à inspecter.

Nous sommes donc très vite prêts pour les 2 missions de réception de la journée: réceptionner le camping car et les parents de Virginie.

30 minutes après notre arrivée, nous réceptionnons le monstre (ça, c’est le camping car). 6m80 de long et 2m90 de haut, une grosse boite sur roue qui se conduit à gauche. Le loueur nous fait le tour du propriétaire et tente de m’expliquer comment changer un pneu sur le double train arrière, en concluant par: « bon, si ça arrive, appelez plutôt une dépanneuse! ». On peut caser pas mal de minis dans ce truc!

 

01 Auckland - Le monstre 02

 

Nous refaisons à fond la route vers l’aéroport car les parents de Virginie vont arriver et il nous faut aussi manger. A fond, mais prudemment quand même parce que le maniement du monstre demande un peu de doigté. A chaque carrefour négocié, je m’attends à ce que les gens sifflent d’admiration, et quand je négocie un superbe créneau arrière collé à une voiture dans le parking de l’aéroport, je suis étonné de ne pas entendre d’applaudissements ou d’annonce au microphone! Pendant des dizaines de kilomètres, je vais me sentir comme un pilote de course, rien que parce que je conduis sur la bonne ligne!

Pépé et Mamie débarquent pendant que j’engloutis la dernière feuille de salade de mon Big Mac alors c’est avec les doigts glissants que je mitraille et avec les joues glissantes que je les accueille.

 

01 Auckland - Arrivée de Pépé et Mamie 01

 

Ils sont plutôt en forme en débarquant de leur A380 malgré leurs 25 heures de vol. Mamie vient de s’enchaîner 6 films et Pépé a testé toutes les options de la console. Ils ont bien mangé depuis Dubaï avec Emirates alors un Big Mac, ça ne les tente pas.

Nous filons remplir le camping car de valises puis de provisions et nous traçons la route! En fait, nous allons faire 5 kilomètres parce que tout le monde est fatigué. Nous nous arrêtons au premier CampSite sur la route du Sud et nous nous posons pour nous installer. Bien nous en a pris car, le lendemain, nous sommes repartis voir le loueur pour quelques réglages.

Super première nuit. 2 minutes après l’extinction des lumières, les voisins ont dû croire à une attaque d’animaux sauvages menaçants tellement les ronflements étaient sonores.

 

Pour la première journée de route, nous nous dirigeons vers la péninsule de Coromandel (Nord Est) et partons pour une étape en forêt pour reposer tout le monde. Nous testons le matériel.

Comme le camping sauvage est interdit dans toute la péninsule, l’arrêt dans les campings officiels risque de coûter assez cher et comme nous ne sommes pas encore clairs sur où nous voulons aller, nous avançons lentement.

Finalement, nous optons pour une étape à Thames où nous dénichons un spot en ville où nous pouvons arrêter le camping car et le brancher. Nous allons être les premiers clients de 2 retraités qui ont décidé d’arrondir leur pension en créant un site pour les camping cars à un prix imbattable. Sinon Thames est une ville tellement tranquille qu'à 18 heures les rues sont vides et que quand je me pointe dans le seul web café de la ville il est déjà fermé. C'est calme, rural.

Demain, nous partons tôt pour explorer la côte Ouest (rocheuse) puis la côte Est (sable blanc). Et il va aussi falloir penser à recommencer l’école après 2 semaines d’interruption.

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Nouvelle-Zélande
commenter cet article
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 23:26

Dernier jour en Polynésie. Nous quittons Maupiti par les airs cette fois en traversant le lagon vers le motu de l’aéroport. Incroyable bleu encore une fois. Et de beaux mollets!

 

05 Polynesie - Maupiti vers l'aéroport 01

 

L’aéroport c’est une cabane en bord de piste. Heureusement qu’il y a une cabane pour faire de l’ombre parce que nous allons y rester un petit bout de temps! Problème d’appareil sur Rangiroa, le nôtre de devrait pas atterrir ici avant quelques heures. Pas de moyens de communication évidemment donc pas moyen de joindre Raphael à Papeete pour lui éviter de faire l’aller-retour jusque l’aéroport. De toute façon, je serais bien incapable de lui dire quand on arrive puisque l’hôtesse n’en sait rien.
Nous montons dans un avion qui fait escale à Bora pour apprendre que le prochain vol pour Papeete n’est pas avant le soir. Chouette, on a le droit de rester à Bora pour le coucher du soleil! C’est pas gentil ça?!

 

05 Polynesie - Coucher à Bora 03


A l’arrivée, Raphael est là! Super sympa d’avoir fait l’aller-retour 2 fois! Un arrêt aux roulottes pour acheter à manger à emporter et direction la maison. Bon ben l’après-midi qu’on avait planifié pour passer du temps avec eux est tombée à l’eau, il reste juste le temps de refaire les bagages avant de prendre le vol pour Auckland demain matin à 7 heures. A Minuit, nous y sommes encore car nous venons de nous rendre compte que tout ce que nous trimballons depuis des semaines comme souvenir des endroits où nous sommes passés n’a pas le droit d’entrer en Nouvelle-Zélande. Cailloux, sables, coquillages, statuettes de bois, …, il faut tout emballer et les laisser ici . Raphael devra en faire un paquet à envoyer en France. Un gros paquet de 4 kilos facile quand même. Encore un service qu’il va devoir nous rendre. Heureusement qu’on ne reste pas trop longtemps parce qu’il pourrait trouver cela lourd à la fin.


Le lendemain à 5 heures, on lui épargne le voyage en prenant un taxi. A l’aéroport, nous récupérons un paquet qu’Annie a fait envoyer de Moorea parce que Théo avait oublié un jouet. Assistés et dépendants, voilà ce que nous sommes! Et bien entourés heureusement! Merci encore.


Que cette étape a été belle mais courte en Polynésie.
Courte et déroutante. Après des mois de balade à l’étranger, cela nous a fait très bizarre d’être en France pendant quelques jours, de lire français, de parler français, de manger français, même si ce n’est pas la même France. Moins dur évidemment que si nous avions été en métropole sous la neige pour quelques jours mais bizarre quand même. Cela nous a vraiment donné l’impression de ne plus être sur la route, de ne plus voyager, d’avoir interrompu le rythme, malgré le fait que nous avons bougé tous les 2 ou 3 jours.


C’est donc déboussolés que nous embarquons pour Auckland. En plus, nous allons perdre un jour pendant le voyage. Lorsqu’il sera 22 heures lundi 6 à Paris, nous passerons un fuseau horaire et nous passerons instantanément de 11 heures du matin lundi 6 à Tahiti à 10 heures du matin mardi 7 à Auckland. Une journée de perdu pendant le voyage.
A l’arrivée, nous avons 2 heures pour récupérer le camping-car avant de récupérer les parents de Virginie qui arrivent eux du Roussillon.

 

Nous allons rentrer dans une nouvelle dimension du tour du monde en famille, le niveau expert, aussi appelé le niveau « mais qui a eu cette idée? » : 3 générations dans un camping-car pendant un mois!

Comment va-t-on faire pour tenir? On voulait un camping-car pas trop long pour payer moins le bac entre les 2 îles (moins de 7 mètres) mais j’espère qu’il est super large (plus de 20 mètres) pour qu’on ait un peu d’espace! Faut-il organiser sur le blog un vote du public pour éliminer un passager toutes les semaines? Faut-il truquer les votes pour être le premier à sortir du Loft? Voilà les questions qui me hantent pendant le vol.

C’est la descente vers Auckland, la deuxième phase du tour du monde commence donc maintenant:
- plus de 2 mois « on ze road » en camping car
- presque 3 mois en pays anglophone avec la Nouvelle-Zélande suivie de l’Australie
- plus de 3 mois en famille puisque que nous ferons la Nouvelle-Zélande avec France et Henri, puis l’Australie avec mon père et Joëlle (quand on une idée, et qu’on la trouve bonne, il n’est pas rare qu’on l’utilise plusieurs fois!), puis la Thaïlande avec Sara, Jeff, Chiara et Victoria (ma sœur et sa petite famille) puis avec Carole, Franck et Axel (la sœur de Virginie et sa petite famille).

Vive le changement!

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Polynésie
commenter cet article
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 03:51

1H30 de traversée sans problème si ce n'est l'absence intolérable de dauphins sauteurs.
Une arrivée dans la magnifique passe qui laisse à penser que Maupiti pourrait être le centre du paradis. Même après Bora, la vue des couleurs du lagon et des motus est soufflante!

05 Polynesie - Traversee Maupiti 08

L'arrivée sur le port de l'île est majestueuse. Les bleus se déchirent.

05 Polynesie - Traversee Maupiti 10

Nous faisons le tour de l'île pour atteindre notre pied-à-terre, la Maupiti Résidence, où nombre tourdumondistes ont déjà atterri.
L'endroit est parfait. Situé au bout de la route, sur la plage de Terei'a, en face du bout du motu Auira, il fait face au lagon, à un banc de sable peu profond et à des récifs coralliens. On peut se rendre sur le motu en traversant à pied pour aller voir le côté océan. Autour, des manguiers, des arbres à pain, qui n'attendent qu'on les soulage.

La vue depuis le bungalow est reposante. Le sable est blanc et l'eau est réellement trop chaude sur le bord. C'est le seul bémol.

05 Polynesie - Vue bungalow Maupiti 02

Le bungalow est suréquipé et les enfants ne savent plus où donner de la tête: body board, kayaks, jeux de plage, cerf-volants, épuisette, cannes à pèche, boules de pétanque, harpons (non!), vélos, masques-palmes-tubas, ballons, ...
Est-ce qu'on doit gréer le catamaran, sortir les planches à voile ? On reste combien de temps ici? 3 jours?! C'est tout! C'est pas humain.

Bon alors il faut attaquer tout de suite.
D'abord, je tracte les enfants en kayak avec la planche à voile pour aller voir les raies et hop, on se jette à l'eau pour les voir. Et hop, on remonte dans le kayak parce que les enfants ont peur.

05 Polynesie - Jeux plage Maupiti 17

Ensuite, on traverse le banc de sable pour aller voir l'océan (en kayak et planche à voile). Depuis la plage, on aperçoit un petit requin qui file. Et hop on se jette à l'eau pour aller voir les requins. Et hop, on ressort parce que Théo vient de se faire saigner sur du corail et que Louis a peur ... des concombres de mer. Des requins non, seulement des concombres. Bon alors va pour la recherche de coquillages.

Plus tard, j'irai faire la course en planche à voile avec les raies (c'est possible) et avec les requins (impossible car ils vont trop vite).

Sur le bord de la plage devant le bungalow, il y a un rocher et une murène y a trouvé refuge. Erreur! Louis la débusque.

05 Polynesie - Murene 02

Petite pause pour jouer sur le sable quand même! Histoire de prendre des coups de soleil malgré les tubes de crème indice 50.

05 Polynesie - Jeux plage Maupiti 01

Ensuite il est temps de jouter! Combat de kayak, le chevalier qui l'emporte aura une mangue en plus (si papa va en cueillir).

05 Polynesie - Jeux plage Maupiti 05

Et la journée ne finit pas! Le soleil se couche et les enfants jouent encore et encore et encore.

05 Polynesie - Jeux plage Maupiti 09

05-Polynesie---Coucher-Maupiti-06.JPG

Bon, il faudrait libérer le lagon pour que papa prenne des photos!! Non, pas besoins de modèles qui posent!

05 Polynesie - Coucher Maupiti 10

Juste de l'eau s'il vous plaît. Et le rocher à murène.

05 Polynesie - Coucher Maupiti 13

A Maupiti, on touche au sublime. On pense très fort à Sara qui adorerait ce spot. Bon, c'est sûr que beaucoup de monde pourrait apprécier l'endroit mais je sens que, elle, plus. Oh bien sûr, on va trouver notre bonheur quand on se verra en Thaïlande dans 3 mois, mais si ça vous dit de venir, on reste encore 2 jours, cela fait juste le temps de trajet depuis Paris et le froid. On ne peut pas attendre plus parce que la semaine prochaine on s'envole pour la Nouvelle-Zélande rejoindre pépé et mamie pour la suite du voyage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Polynésie
commenter cet article
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 02:40

Attention, Bora peut nuire à la santé!

D'abord, le bleu fait mal aux yeux. Ensuite, l'eau du lagon est trop chaude, on peut se brûler. Le lagon est plein d'animaux dangereux, genre requins, raies, murènes et milliardaires.

Nous, on ne voulait pas y aller, mais c'était plutôt un problème d'argent! Un bungalow à 12 000 euros la nuit, on ne pouvait pas se l'offrir. C'est ballot! On a vu des gens qui pouvaient se l'offrir et on était gêné pour eux.

Nous étions résistants donc, mais en fait, on ne peut pas résister, c'est trop beau!

Déjà dans l'avion, tout le monde se met du côté gauche de l'appareil, au mépris de toutes les règles de sécurité, pour apercevoir le lagon. Les nantis pointent leur hôtel de leur gros doigt.

04 Polynesie - Avion lagon de Bora 01 

04 Polynesie - Avion lagon de Bora 03

Arrivés sur le motu de l’aéroport, la navette vous fait passer sur les différentes eaux turquoise du lagon pour vous emmener au port de l’île. C’est déjà le ravissement. On aperçoit le sable blanc des motus, les palmiers, les eaux plus claires qu’ailleurs. Et au bout de 5 minutes, on a déjà oublié tout ce qu’on pouvait avoir contre Bora.

04 Polynesie - Aeroport lagon de Bora 04

Reste une réalité difficile, c’est très cher et on ne peut pas se permettre de rester sur cette île. Nous séjournons une journée et demie ici avant de partir vers Maupiti.

Alors, il faut profiter de chaque seconde. Arrivés dans notre lodge africain en pleine jungle, nous déposons les sacs et nous extasions devant les installations. A posteriori, prendre sa douche en plein air avec les moustiques se révélera moins enthousiasmant.

04 Polynesie - Lodge Bora 02

04 Polynesie - Salle de bains Lodge Bora 03

Pour l'heure, nous fonçons à la plage de Matira au sud de l'île. Nous sommes quasiment seuls et après avoir débusqué les balistes picasso, nous goûtons au plaisir de ne rien faire. 

04 Polynesie - Bora baie Matira 03 

04 Polynesie - Bora baie Matira 04 

04 Polynesie - Bora baie Matira 10 

Jusque très tard!

04 Polynesie - Bora baie Matira 22 

Voire trop tard! On va se faire dévorer par les moustiques!

04 Polynesie - Lagon Bora coucher 08

Après une nuit en jungle (27°C, 80% d'humidité, relevé sur le baromètre à 4 heures du matin), nous nous lançons à l'assaut du lagon.

D'abord, le plein de fruits cueillis sur les arbres autour du bungalow: bananes, mangues, papayes, caramboles, pommes étoilées jaunes, fruits de la passion. Il faut bien un avantage à être en jungle!
Personne sur la plage pour le départ. Juste 4 coréens qui agacent le loueur car ils ne comprennent visiblement rien aux consignes. Nous louons un petit bateau à moteur sans permis (6 chevaux) pour le prix d'une Ferrari. C'est jaune comme une Ferrari mais la comparaison s'arrête là.

04 Polynesie - Lagon Bora depart Matira 01

Quoi que ... Comme dans une Ferrari, le pilote a un sourire jusqu'aux oreilles tandis que le passager affiche une moue étudiée.

04 Polynesie - Lagon Bora depart Matira 09 

Direction le jardin de corail pour vérifier la transparence des eaux.

04 Polynesie - Lagon Bora jardin corail 01  04 Polynesie - Lagon Bora jardin corail 04

Rien à redire, nous allons observer là les plus beaux spécimens. Des balistes titans, picasso, de grosses carangues, un barracuda, des poisson flûte, des poissons trompette, des labres échiquier, des nuages de chirurgiens divers, des chèvres, des anges et des papillons de toutes sortes, des tetrodons, bref, des poissons.

Cela ira peut-être mieux si je vous mets des photos d'un set de table qu'Annie a offert aux enfants. Comme nous n'avons pas d'appareil qui va sous l'eau, cela compense!

04 Polynesie - poissons 02

04 Polynesie - poissons 03

04 Polynesie - poissons 04

Plus tard dans la journée, lorsque nous avons bouclé notre tour du lagon et que nous sommes revenus profiter des eaux limpides, comme partout dans le monde où nous passons ces derniers temps, on a même pu y croiser les Fourcade! Improbable mais vrai!

04 Polynesie - Lagon Bora Fourcados

Mais à part les Fourcade, que voit-on dans le lagon?

Des motus. Des petits, des gros. Ils font tous envie!

04 Polynesie - Lagon Bora motu 03

Et justement, on en cherche un. Pour le pique-nique. Alors c'est Louis qui prend la barre.

04 Polynesie - Lagon Bora Capitaine Louis 04

Après quelques arrêts pour se jeter à l'eau avec les raies, nous trouvons le bon coin. Vide, avec un coin jeu pour les enfants, une piscine, un aquarium.

04 Polynesie - Lagon Bora picnic 02

C'est la pause déjeuner et le soleil cogne sévèrement.

04 Polynesie - Lagon Bora picnic 13

Alors on se rafraîchit avec une bonne bière locale, la Hinano, emblème de la Polynésie.

04 Polynesie - Lagon Bora picnic 04

Ensuite c'est reparti pour l'exploration. Les hauts fonds sont dangereux, le corail râpe le bateau alors il faut utiliser toutes les vigies disponibles.

04 Polynesie - Lagon Bora vigie 01

Bon, évidemment, avec un moteur 6 chevaux, le tour paraît un peu long mais à l'arrivée, les passagers ont l'air plutôt satisfaits.

04 Polynesie - Lagon Bora retour

Grosse journée de soleil, les moustiques vont être contents, la viande est cuite à point, elle va rester chaude longtemps. On va faire 2 services avec les moustiques de jour, appelés moustiques tigre, et les moustiques de nuit, pas tigre mais voraces aussi.

Le lendemain à 8h30, c'est le bateau pour Maupiti. 1H30 de traversée sympa si le temps est avec nous, menaçante pour l'estomac si la houle se lève. On verra.

A Bora, nous aurions aussi pu aller voir un spectacle tahitien, explorer les fonds en sous-marin, visiter le lagoonarium, aller en haute mer voir des requins plus gros, ..., mais nous n'avions pas le temps. Oui, et pas d'argent non plus!

Pour ceux qui peuvent, venir à Bora restera un souvenir vivace. mais nul doute que Maupiti sera mieux encore!

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Polynésie
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 02:23

Bon, il serait temps que je me remette au boulot et que j'écrive des articles. Ce sont les vacances pour les enfants donc je prends facilement de mauvaises habitudes.

Il faut dire que nos journées sont longues et bien remplies, fatigantes et les nuits ne procurent pas de repos quand il fait 29°C. 

La brève halte délicieuse à Moorea nous a donné les premiers aperçus de toutes les possibilités des îles: jolies rencontres, belles balades dans les montagnes, plongée libre avec raies et requins, jardins de coraux poissonneux, restaurants de bord de mer, …

Nous nous sommes ensuite envolés pour Huahine, prochaine île vers l’Ouest. Aéroport minuscule, 30 minutes de vol, nous sommes les seuls passagers à descendre car l’avion va vers Bora et c’est là que tout le monde va.

03 Polynesie - Avion Huahine   03 Polynesie - Avion Huahine de loin

Nous logeons dans une pension de famille où nous avons un bungalow duplex parfaitement équipé. Une piscine ravit les enfants qui plongent directement. Difficile de croire qu’ils ont passé la matinée dans celle d’Annie. Nous passons notre première après-midi à chercher des coquillages et à déranger les poissons dans les récifs.

03 Polynesie - Huahine baie Fare 01 

Pour notre première journée, nous empruntons des vélos à la pension et nous partons vers l’Est, sur le motu papiti, à la pointe d’Heiva. Sur cette pointe trônait un hôtel Sofitel mais il a fermé en laissant tout sur place. Les bungalows s’abîment sur la plage, surveillés par un gardien. C’est juste la honte!

03 Polynesie - Huahine pointe Maeva 05
Nous ne sommes pas venus faire une manifestation pour la réhabilitation du site mais pour profiter du jardin de corail qui se trouve juste devant. Nous allons y passer la journée. Les 9 kilomètres de vélo font le bonheur des enfants; Louis jubile d’avoir un vélo à sa taille et adore le frein en rétro-pédalage.

Le lendemain, nous prenons une prenons une voiture à la pension pour explorer l’île. Nous filons vers le sud dans la baie d’Avea, en face du motu Araara, où la plage est superbe. La baie de Parea est bordée de maisons qui rendent l’accès à la plage difficile alors nous accédons par le Marae Anini (lieu sacré) et remontons la plage. Seuls, un temps superbe, trop difficile de bouger de là. Les poissons sont nombreux et un chien fait de la plongée avec nous.

03 Polynesie - Huahine baie Parea 04   03 Polynesie - Huahine baie Parea 24

Pour finir la journée, nous terminerons le tour de l’île. De mon point de vue, elle est finalement plus intéressante que Moorea car Moorea est presque ronde alors que Huahine et ses 2 îles reliées offre de nombreux détours, reliefs et coins de jungle intéressants. Virginie, elle, préfère les escarpements de Moorea.

03 Polynesie - Huahine carte

Huahine est aussi plus calme.
Attention, Moorea, ce n’est pas Tokyo! Sorti du coin un peu plus commercial du Nord, il n’y a plus grand-chose. Mais à Huahine, il y a encore moins. Moins de monde, moins d’infrastructures.
La vie est tellement facile que nous avons l’impression d’avoir toujours habité ici. Nous allons au village de Fare en 2 minutes de vélo. Sur la place du village, nous serrons les mains de tout le monde. Pour le repas, une tranche de thon achetée à un pécheur, des petits citrons verts, un tas de tomates et un de mangues ou d’ananas (tout s’achète en tas). La vie s’écoule lentement, tranquillement.

03 Polynesie - Huahine marche Fare 02 

Mais 3 jours plus tard, il faut déjà partir. Notre calvaire continue et il faut aller à Bora-Bora maintenant. Nous avons le regret de ne pas pouvoir acheter toute la vanille qui nous entoure car il faudrait la faire passer au contrôle phyto-sanitaire avant de partir sur Auckland, et le bureau sera fermé quand nous retournerons à Papeete (dimanche).

Après Huahine, nous allons trouver Bora trop luxueux, trop touristique, trop cher, trop tout! S'il pouvait y avoir moins de moustiques, cela ferait un bon point pour le moral!

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Polynésie
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 22:26

Comment remplir une journée qui démarre à 5 heures avec le soleil et finit vers 22 heures. L'éternité du paradis, c'est long!

Pas tant que cela en fait.

Il suffit de prendre le temps au petit déjeuner. 2 heures au minimum à discuter, sourire et échanger, à savourer des confitures maison, du café à la vanille. Cela met du baume au coeur et cela prépare pour la dure journée.

Ensuite, une ascension au belvédère pour admirer les 2 baies du nord de l'île. A pied normalement mais cette fois en voiture car Théo souffre d'une morsure au pied qui s'est infectée et il souffre de trop marcher (les antibiotiques en comprimé, en pommade, le bain d'eau de Javel finiront par avoir raison de cette vilaine infection).

02 Polynesie - Moorea Belvédère 02 

En redescendant, une visite au lycée agricole pour admirer toutes les plantations, les fleurs, les fruits comme on ne les a jamais vus. Puis un bon jus de fruits frais pour faire passer le soleil.

02 Polynesie - Moorea Lycee agricole 13 

02 Polynesie - Moorea Lycee agricole 15

02 Polynesie - Moorea Lycee agricole 23

Le tour de la baie et l'arrêt pour voir les dauphins et les tortues. Cela occupe, mais comme ils sont enfermés dans leur bassin, c'est chagrinant.

02 Polynesie - Moorea Tipaniers 05 

Un arrêt sur la belle plage des Tipaniers pour profiter des poissons en liberté dans le lagon.
Il est midi, c'est la bonne heure pour louer des kayaks et pour ramer 200 mètres. En récompense, dans 1,50 m d'eau, on nage avec des raies armées et des requins pointe noire qui s'approchent. Les raies nous frôlent, nous touchent et cela effraie les enfants; plus que les requins qui pourtant me ravissent autant qu'ils me donnent des frissons. C'est magique. Pas de photos mais beaucoup d'émotions.

02 Polynesie - Moorea Tipaniers 09

Il est l'heure de se restaurer. Espadon sauce vanille, salade de fruits. Savoureux.

02 Polynesie - Moorea Tipaniers 15 

Le tour de l'île pour admirer le centre tourmenté et sauvage, puis un arrêt sur l'autre belle plage de Temae. Recherche de coquillages.

02 Polynesie - Moorea Tipaniers 13

Comme il reste des forces, des sauts dans la piscine, pour faire coucher le soleil.

Une salade de papaye verte maison, du poisson grillé, un gâteau glacé. Et pour clore la journée, on papotte avec Annie.

Vivement demain qu'on remette cela!

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Polynésie
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 22:03

Au paradis, on rencontre des gens merveilleux.  Tout le monde le sait et on l’a vérifié.

Nous avons tout d’abord croisé Aurore, Raphaël, Basile et Ambroise, qui se sont installés il y a quelques mois à Tahiti, pour un temps. Malgré sa fièvre, Raphaël est venu nous accueillir, collier de fleurs-parfums à la main, vers minuit pour nos premiers pas sur l’île de Tahiti. Il nous a ramené chez lui, dans leur belle maison sur les hauteurs de Mahina pour que nous puissions commencer/achever la nuit de décalage horaire. Au matin, lever de soleil sur la mer et la végétation luxuriante, petit déjeuner de fruits frais. Dur pour Basile de partir pour l’école alors que les enfants commençaient à jouer! Ambroise, qui est malade, en profite. Après des heures de discussions autour de café, les empêchant de travailler, nous nous mettons tous en route pour Papeete pour passer au marché et prendre un bateau vers Moorea. Aurore, Raphaël et Ambroise nous conduisent à travers les étals de tissus, souvenirs, légumes inconnus, poissons et nous nous régalons de jus de fruits. Rentrer en France fait drôle à tout le monde, la langue, les écrits, et en même temps, nous sommes complètement dépaysés.

01 Polynesie - Tahiti marche 02 

Je n’avais pas croisé Raphaël depuis 8 ans, mais Aurore et lui nous ont mis tout de suite à l’aise, et nous ont permis d’atterrir en douceur malgré la grande fatigue et de rendre ces premiers pas agréables et intéressants. C’était jubilatoire de rencontrer un collègue et ami à l’autre bout du monde, dans un cadre extraordinaire. Nous allons les recroiser à la fin du voyage, à notre retour sur Tahiti. Les enfants ont très envie de rejouer!

Sur le bateau vers Moorea, le temps a changé et les nuages s’amoncellent sur le port. Malgré tout, nous voulons rester sur le pont supérieur pour profiter de la vue et apercevoir des dauphins s’ils se montrent!

01 Polynesie - Tahiti traversee 02 

En arrivant vers Moorea, on ne voit plus rien, c’est l’orage qui se profile. Il éclate quand nous touchons le quai! Quand le soleil ressort, la température monte!

A Moorea, nous avons été invités par Annie. Annie est la maman d’Anaïs, une collègue et amie de Toulouse. Elle nous a aidé à préparer notre séjour en Polynésie et ses conseils ont été précieux. Nous ne nous connaissons pas mais nos premiers échanges d’emails nous ont vraiment donné envie de la rencontrer!

Comme nous n’avons pas eu de connexion internet ces derniers jours, nous n’avons pas pu nous joindre et nous débarquons à Moorea sans la prévenir! Nous manquons le bus, nous manquons le dernier bouquet de fleurs et nous prenons un taxi au débarcadère qui, pour le prix d’un bras, nous rapproche de l’endroit où vit Annie. Après un déjeuner rapide, nous tentons de la joindre. Pour cela, il nous faut une carte téléphonique. 20 minutes de queue dans un magasin nous permettra de savoir qu’ils n’en vendent pas et qu’il faut faire les 2 heures de queue à la Poste pour en avoir une. En utilisant le téléphone portable d’une vendeuse, j’arrive enfin à joindre Annie.
En fait, elle ne nous attendait pas car elle avait compris que nous préférions ne pas passer chez elle. En plus, elle pensait que nous arrivions le weekend. Mais pas de souci, en 2 minutes, la voilà qui débarque en voiture et qui nous emmène chez elle. Les enfants sont sous le charme; en quelques secondes, ils se sentent chez eux. La maison est magnifique, le jardin luxuriant tout autant, il y a une piscine, ils adorent Annie. Il y a de quoi! Annie est une femme charmante, pétillante, qui a beaucoup voyagé et qui nous ravit immédiatement. Une hôtesse tellement généreuse que nous ne savons pas comment la remercier!

02 Polynesie - Moorea Chez Annie 10   02 Polynesie - Moorea Chez Annie 12
Pendant 2 jours, elle nous gâte de plats savoureux, nous prête sa voiture pour explorer l’île, fait partager son expérience des voyages et fait des cadeaux aux enfants! Sous le charme! Ces 2 jours s’envolent trop vite!

02 Polynesie - Moorea chez Annie 01 

Au paradis, les gens sont merveilleux, on vous le dit!

 

 

Moorea

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Polynésie
commenter cet article
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 21:55

Bon, attaquons par le dur: le bilan financier.

Ce n'est pas glorieux parce que tous les prix ont pris un coup d'inflation entre le moment où nous avons planifié et le voyage proprement dit.

Ceux que cela intéresse peuvent accéder à la liste de nos pensions, des activités et des transports empruntés avec les prix en cliquant sur le lien suivant: Bilan financier

Pour ceux qui ne veulent pas rentrer dans le détail, en gros, en un peu plus de 3 mois, sans les billets d'avion TourduMonde, nous avons déjà dépensé 13 500 euros.

Mais c'est largement compensé par ce que nous gardons en mémoire. Ce ne sont pas les plus belles photos et nous ne sommes pas toujours à notre avantage, mais c'est une sélection comme une autre.

4 Chpda Diamtna - famille au Pai Inacio 1

5 Mangue Seco - Plage Mangue Seco 7

6 Pantanal - pêche pirahnas 7

1 Iguazu - Chutes 10

6 Route vers le Chili - Salinas Grandes 03

7 Atacama - vallee de la lune 67

6 Route vers le Chili - Vers SP Atacama 10

9 Valdes - Baleine bateau 02

A10 Bariloche - Ballade sur le lac 07

A11 Calafate - Perito Moreno 57

A14 Ushuaia - Phare 02

C16 Valparaiso - Jeux 04

C17 Rapa Nui - Tongariki 07

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Ile de Pâques
commenter cet article