Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 12:49

JOUR 1

Premier réveil à Ushuaia, le soleil que nous sommes venus chercher est au rendez-vous. Bonne surprise, le petit déjeuner est excellent dans l’auberge. Nous nous gavons de délicieux croissants (les meilleurs mangés en Argentine). Ils viennent de la boulangerie d’à côté, boulangerie dont on entend le pétrin tourner le matin. Au début cela peut déranger mais c’est pour la bonne cause!

Une décision unanime condamne l’école pour aujourd’hui; maîtres et élèves sont trop fatigués!

Nous allons nous dégourdir les jambes sur le port pour découvrir la ville, les épaves.

A14 Ushuaia - rue 01   A14 Ushuaia - port 03

Ushuaia est coincée par la montagne et s’étale vers l’Ouest. La pente est vite très forte quand on s’éloigne du port.

Quelle n’est pas notre surprise de voir que Tata Sara a ouvert un petit commerce ici! Sacrée entrepreneuse quand même! Elle est partout en ville! Grosses bises Tata Sara. A bientôt en Thaïlande!

A14 Ushuaia - elle est là 01 

A14 Ushuaia - elle est là 03 

Comme il fait beau, nous programmons une sortie en mer pour l’après-midi. La mer d’huile, l’absence de vent et le soleil vont nous permettre d’explorer le Canal de Beagle de la meilleure manière. La dernière fois que l'on s'est dit cela, c'était à Bariloche et cela avait été une mini-déception mais là, nous sommes sûrs de notre coup!

C’est un petit bateau sur lequel nous sommes 12, capitaine et guide compris! Le guide est excellent, attentif, marrant, très intéressant. Cela change de nos expériences récentes!

A14 Ushuaia - Traversee 09 

Le canal est séparé en 2, au Nord le côté Argentin, au Sud le Chilien. Il est bordé de belles montagnes des 2 côtés. Nous quittons doucement la baie d’Ushuaia et entrons dans le Canal Beagle. Les 2 océans bataillent ici pour marquer leur territoire et c’est le Pacifique qui gagne et pousse l’Atlantique. Les courants créés amènent de nombreux planctons et mollusques, qui attirent de nombreux poissons, qui régalent les lions de mer et les cormorans. Les petites îles du canal sont donc colonisées. Pas d’orques parce que les lions se mettent trop à l’abri, hors de portée. Ils dorment tranquillement.

A14 Ushuaia - lions de mer 08 

A14 Ushuaia - lions de mer 12

Nous nous approchons au plus près de cormorans impériaux, qui accumulent leurs nids sur un petit territoire, puis quittent l’endroit en ayant repeint la zone en blanc, et de cormorans de rocher, plus discrets.

A14 Ushuaia - cormorans 02 

A14 Ushuaia - cormorans de rocher 01 

Nous atteignons enfin le phare des Eclaireurs, communément appelé « phare du bout du monde ».

A14 Ushuaia - Phare 02

A14 Ushuaia - Phare 06

Le vrai se trouvait 300 kilomètres plus bas mais il s’est détruit du fait de conditions climatiques peu favorables. Ce n’est pas une perte parce qu’il était assez mal placé, trop en retrait de la côte sur la petite île où il était installé, et nombre bateaux se fracassaient sur les rochers à ses pieds. Lorsque le fils de Jules Verne a voulu photographier le phare pour faire la couverture du livre, il ne restait plus que le phare des éclaireurs et c’est lui qui fait office de phare du bout du monde désormais, pour la visite en tous cas.

Bon, question histoire-géographie. Mais tout d’abord, chez vous, un indice qui s’affiche au bas de l’écran. Top! Je suis un canal dont le nom vient d’un des 2 navires que commandait Robert FitzRoy lors d’une expédition de reconnaissance en l’an 1833. A mon bord se trouvait aussi Darwin et après avoir traversé le canal d’Est en Ouest, la route les a menés à Chiloé puis aux Galápagos, puis en Polynésie, puis en Nouvelle-Zélande puis en Australie, comme nous ou presque. Mon nom avait été donné au bateau à cause de la race du chien de la Reine. Mon nom est: …. Oh quel dommage, les enfants, vous auriez pu gagner un dictionnaire jeunesse!

Après un petit chocolat chaud/café et un goûter, c’est l’arrêt sur les îles Bridges, terres préservées sur lesquelles on peut observer des reliques de la vie des anciens habitants indiens de la région. 4 ethnies se partageaient la Terre de Feu, certaines sur terre, les autres sur mer, et toutes s’éteignent ou sont éteintes depuis l‘arrivée des colons. Nous essayons d’imaginer comment les familles Yamanes pouvaient vivre, nues par 0°C, à chasser le phoque et le lion de mer pour leur fort contenu de graisse pendant des jours entiers (maman est à l’arrière et elle rame, les enfants au milieu entretiennent le feu, papa à l’avant chasse) avant de rejoindre l’île et de réintégrer une hutte de fortune. Des 40 000 Yamanes présents au début du siècle, il ne reste qu’une femme de 95 ans.

A14 Ushuaia - Ile Bridges 10 

A14 Ushuaia - Ile Bridges 12

A14 Ushuaia - Ile Bridges 01

Buvons pour oublier. Une petite bière du Cap Horn pour faire la route de retour et nous voilà à quai, ravis de cette très belle journée!

A14 Ushuaia - Traversee 01 

Nous dépassons Claire et Fouad sur le Tres Marias.

A14 Ushuaia - Traversee Tres Marias 

Nous avons fait le bon choix en venant ici pour chercher le soleil! Ushuaia sans la visite du canal aurait été beaucoup moins intéressante. Des journées comme celle-là, il n’y en a que très peu par an ici!

A14 Ushuaia - coucher 03 

J’essaye vainement de prendre un coucher de soleil mais je craque; le soleil se couche vraiment trop tard ici. On approche du solstice d’été.

 

JOUR 2

Il fait encore beau aujourd’hui mais il faut recommencer l’école car cela fait 3 jours que nous n’avons pas pu la faire. C’est laborieux mais nécessaire.

Pas de chance, lorsque nous sommes enfin prêts à partir, le temps se couvre et le vent se lève.

Nous partons pour le parc national de la Terre de Feu. Tout le monde y va en taxi le matin à 07H00 pour éviter de payer l’entrée car elle est assez chère. Pour nous c’est plein tarif, ainsi que pour le bus pour atteindre le parc, qui est une arnaque organisée.

Nous allons voir le bout de la route 3 qui part de Buenos Aires. Cela rattrape le fait que j’ai oublié de photographier le début de la route 40. Il faudra demander la photo aux Fourcade!

A14 Ushuaia - Parc 01 

Tout le monde est fatigué et les marches dans le frais n’arrachent pas de sourires. La tourbe produit pourtant de belles couleurs avec ses noirs et ses buissons rouille au milieu des arbres verts. Nous nous arrêtons pour casser des pierres, pour trouver des coquillages avec lesquels faire des colliers comme les Yamanes, pour traquer les castors, pour observer les perruches australes.

Des castors, on ne verra que les traces: des arbres rongés; alors on prendra une photo dans une vitrine au retour!

A14 Ushuaia - Parc 06 

A14 Ushuaia - Parc 05 

En fin de balade, nous croisons Claire et Fouad, fourbus d’avoir arpenté tous les chemins depuis l’aube.

 

JOUR 3

Toujours la fatigue des jours de voyage précédents alors on flâne après l‘école. Pour prendre l’air, nous montons sur les hauteurs de la ville, à la station de ski qui la surplombe, au pied du glacier.

A14 Ushuaia - Glacier 30A14 Ushuaia - Glacier 25 

Après une belle montée qui ouvre la vue sur la baie, les enfants investissent un torrent et jouent aux castors, puis façonnent une piste de ski.

A14 Ushuaia - Glacier 22 

A14 Ushuaia - Glacier 26 

Le temps se découvre de nouveau et il fait meilleur. Décidément, nous aurons été chanceux avec le temps; nous avons croisé tellement de voyageurs déçus par Ushuaia et son temps capricieux.

A14 Ushuaia - Glacier 31

Demain, nous partons. Claire et Fouad passent nous dire au revoir. Ils repartent en avion pour Buenos Aires finir leur trimestre argentin; un petit match de foot (Boca Junior), un petit tango, et hop, les pistes de ski françaises pour la saison! Leur compagnie aura été très agréable ces derniers jours. On s’était habitué à les croiser. Nous partageons des bières Cap Horn pour faire des capsules pour la collection des enfants avant leur véritable apéro car ils ont trouvé (enfin) une bouteille de Ricard et ça commençait à manquer!
Grosses bises et à bientôt.

Après ces 3 jours, on se demande pourquoi nous avions imaginé ne pas pousser jusqu’ici. La prochaine fois, on poussera jusqu’en Antarctique. Un petit billet de 7000 dollars et c’est parti pour une épopée de 15-20 jours!
Pour l’instant, on va se contenter de 12 heures de bus pour repartir à Punta Arenas!

A14 Ushuaia - panneaux 01

 

JOUR 4

Sur la route c’est grand soleil, cela s’annonce bien pour la traversée du Détroit de Magellan. Il faut quand même 9 heures de route et de frontières pour l’atteindre.

Mais les dauphins de Comerson sont au rendez-vous. On ne sait plus où donner de la tête! Louis compte 60 sauts de dauphins. La moitié des vidéos sont ratées parce qu’il faut regarder de tous les côtés en même temps et la caméra ne sait pas faire.

En voilà quand même une!

Les enfants demandent à reprendre le bac dans l’autre sens car les dauphins sautent sur le bord de la plage. C’est tentant!

2 heures 30 plus tard, c’est Punta Arenas et la fin d’une nouvelle journée de bus. Coucher 22h30, les enfants sont surexcités.

Demain, on doit aller voir les pingouins!

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Ducasse - dans Argentine
commenter cet article

commentaires